France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Quand renouveler les traitements face au mildiou de la vigne ?

Vigne
04.03.2019
Mildiou vignobles

La cadence des traitements mildiou doit tenir compte des pluies annoncées, des fongicides et de la pousse de la vigne.

Renouveler la protection mildiou avant les pluies annoncées

Le développement du mildiou étant très lié à la pluviométrie, le renouvellement des traitements mildiou dépend tout naturellement des conditions météorologiques. « Il faut anticiper les pluies annoncées par les services météo et les bulletins d’informations comme les Bulletins de Santé du Végétal, pluies qui peuvent être à l’origine de nouvelles contaminations » observe Jean-Baptiste Drouillard, expert technique national vigne chez Syngenta. Une très forte humidité (>80 %) du type « rosée permanente » peut également conduire à un renouvellement anticipé. L’anticipation des pluies est un élément déterminant pour une protection réussie. Cela nécessite de prendre en compte l’organisation de l’exploitation et la possibilité de protéger la vigne dans un délai souvent court à une période très chargée. « De ce point de vue, certains domaines viticoles avec des surfaces importantes à protéger se sont trouvés débordés en 2018 et n’ont pu intervenir à temps » souligne Jean Litoux, ingénieur conseil Syngenta dans le sud-est.

Tenir compte de la rémanence et de la nature des fongicides

La nature et le mode d’action confèrent par ailleurs aux différentes catégories de fongicides une certaine résistance au lessivage qui est très faible pour les produits de contact alors que les produits pénétrants et systémiques offrent une résistance au lessivage qui peut aller jusqu’à 60 mm. « C’est le cas de notre spécialité fongicide anti-mildiou Ampexio / Revoluxio » observe Jean-Baptiste Drouillard.

La persistance d’action des fongicides anti-mildiou varie de 8-10 jours pour les produits de contact à 12-14 jours pour la plupart des fongicides pénétrants et systémiques (cf tableau).

2018, raccourcir les cadences pour une protection réussie

Les cadences doivent être resserrées si la pression parasitaire le nécessite. En 2018, avec une virulence du mildiou exceptionnelle et des pluies répétées et conséquentes, les vignerons qui ont utilisé des fongicides de contact comme le cuivre ont été contraints de renouveler les traitements parfois jusqu’à 3 fois par semaine dans les situations les plus délicates. Les cadences des fongicides à action pénétrantes ou systémiques ont dû également être raccourcies pour protéger efficacement les vignes.

C’était le cas de Vincent Audubert, vigneron en Gironde qui a réalisé 11 traitements mildiou entre le 24 avril et le 7 août (contre 8 à 9 habituellement) avec un resserrement des interventions ente mi-mai et mi-juin compte tenu de pluies importantes (plus de 45 mm entre chaque intervention), « dans la période la plus critique, je suis intervenu tous les 9-10 jours alors que j’utilisais des spécialités fongicides systémiques et pénétrants dont la persistance d’action est de 12 à 14 jours. Cette rigueur dans le renouvellement des traitements m’a permis de bien contrôler le mildiou et d’atteindre mon objectif de production ». 

Surveiller la pousse de la vigne 

Le troisième facteur à surveiller pour renouveler la protection mildiou est la pousse de la vigne. Là encore, le mode d’action des produits est plus ou moins favorable : un produit systémique est véhiculé par la sève et protège les organes formés après l’application ce qui n’est pas le cas des produits de contact ou des produits pénétrants qui nécessitent de renouveler la protection tous les 15 cm de pousse s’ils sont utilisés seuls. « L’association avec un fongicide à action systémique comme Redeli permet alors de prolonger la durée d’action jusqu’à 14 jours » explique Jean-Baptiste Drouillard.

Raisonner le renouvellement des fongicides en fonction des modes d’action 

Mode d’action LessivageDurée d’action *Protection des pousses
Produits de contactLessivés après une pluie de 20 mm8 à 10 jours sauf pour le cuivre qui n’est pas photosensibleNon. A renouveler tous les 15 cm s’ils ne sont pas associés à un systémique
Produits pénétrantsNon lessivables car ils pénètrent dans la plante10 à 14 jours selon les spécialitésNon, A renouveler tous les 15 cm de pousse s’ils sont utilisés seuls
Produits systémiquesNon lessivables car ils pénètrent dans la plante12 à 14 jours voire plus pour certaines spécialitésOui, car ils sont véhiculés par la sève et protègent donc les organes formés après le traitement

*Attention, la durée d’action des produits est donnée pour une année « moyenne ». En situation de forte pression parasitaire et/ou dans des conditions exceptionnelles, il faut resserrer les cadences d’au moins 1 à 2 jours.

Caler la cadence des traitements sur la maladie prioritaire

Alors que la persistance d’action des fongicides anti-mildiou et black-rot ne dépasse généralement pas 14 jours, avec des recommandations de resserrement à 10-12 jours en situation de forte pression parasitaire, la persistance des fongicides anti-oïdium varie entre 7 et 14 jours, voire 21 jours pour certains produits. Dans la pratique, le viticulteur calera la cadence des traitements sur la maladie prioritaire du moment et la persistance du produit phytosanitaire retenu. En cas de lutte conjointe mildiou-oïdium, par exemple, s’il doit faire face à des pluies contaminatrices rapprochées, il devra resserrer la cadence de renouvellement de son anti-mildiou à 10-12 jours, l’anti-oïdium associé verra automatiquement sa cadence réduite.