Vous êtes ici

Share page with AddThis

Faire face à l’oïdium et au black-rot de la vigne

Vigne
28.03.2018
Protection de la vigne en Bourgogne avec Dynali

Faciles à intégrer dans les programmes fongicides, Dynali et Rocca sont appréciés pour leur efficacité régulière.

Oïdium et black-rot en progression à l’Est

« L’oïdium est une problématique de plus en plus présente dans les vignobles septentrionaux, de l’Alsace à Rhône-Alpes en passant par la Bourgogne » observe Pascal Grosbon, ingénieur conseil culture chez Syngenta dans ces régions « et les vignerons doivent composer également avec une autre maladie en recrudescence, le black-rot ». Une nouvelle donne à intégrer depuis quelques années dans les programmes de protection fongicides qui doivent tenir compte également de la progression des résistances aux fongicides, sachant que plusieurs familles chimiques sont concernées par des phénomènes de résistance de l’oïdium.

Dans ce contexte, les fongicides Dynali et Rocca sont appréciés pour leur action sur oïdium et black-rot ainsi que pour leur efficacité régulière. « Le cyflufenamid (CFF) qui entre dans la composition de ces spécialités est le seul représentant de la famille des amidoximes et il n’est pas concerné par les phénomènes de résistance. Et pour le difénoconazole, qui est la deuxième matière active de ces produits, nos monitorings montrent qu’il n’y a pas de dérive de sensibilité » explique Pascal Grosbon.

Dynali et Rocca, un profil favorable pour tout type de programme

Avec cette efficacité régulière sur oïdium et black-rot, Dynali et Rocca sont recommandés sur la période de sensibilité maximale à l’oïdium en encadrement de floraison et jusqu’à 2 applications par campagne. Dynali et Rocca sont non classés. « Ces deux spécialités sont également très appréciées par les vignerons car elles se mélangent très facilement avec les anti-mildiou et peuvent s’intégrer dans tous les programmes » remarque Pascal Grosbon. Dynali et Rocca sont en effet les premiers fongicides qui intègrent un solvant d’origine naturelle issu de fermentation de sucres, le DML*, « cette substance d’origine naturelle facilite la dilution et la pulvérisation, elle est non volatile et non inflammable, elle prévient la formation de cristaux, offre une stabilité sur une large plage de température, et elle est sans odeur » souligne Pascal Grosbon. Au final, un profil très favorable pour une protection anti-oïdium et black-rot pour les programmes les plus exigeants. Dynali et Rocca bénéficient par ailleurs d’une ZNT de 5 mètres et d’un délai de rentrée de 6 heures.

*diméthyl lactamide.