France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Colza, raisonner les programmes de désherbage

Colza
21.05.2019
Pulvérisation sur parcelle de colza

Agir précocement contre les adventices du colza est indispensable face à leurs impacts importants sur la rentabilité.

La rentabilité passe par un désherbage précoce

Géranium, matricaire, gaillet, coquelicot, vulpin… Les adventices majeures du colza lèvent quasi simultanément avec la culture. La stratégie herbicide doit se déclencher précocement pour limiter la concurrence des adventices. Un enjeu primordial : en perturbant l’implantation, les mauvaises herbes créent une concurrence pour la plante, ensuite plus vulnérables aux ravageurs d’automne. C’est donc la rentabilité de la culture, dans son ensemble, qui dépend de ce désherbage précoce. Les essais Syngenta ont mis en évidence une nuisibilité moyenne de 15 q/ha des adventices (source : 15 essais Syngenta).

Colzor Trio, base du programme précoce 

Agir tôt permet également de contrôler d’éventuelles levées échelonnées, car les produits racinaires utilisés ont une plus grande persistance. Enfin, les produits utilisés avant la levée, comme Axter (groupes HRAC K3 et F3) ou Colzor Trio (HRAC F3 et K3), présentent des modes d’actions à risque de résistance faible. L’un de ces produits, en prélevée, suffit pour gérer une flore dicotylédone « simple ». En cas de flore dicotylédone plus « compliquée », deux possibilités : un passage avec Colzor Trio en association ou en programme avec une seconde application pendant l’automne avec un mode d’action du groupe HRAC O, efficace sur ce type de flore.

Deux à trois traitements selon les situations

Axter ou Colzor Trio constituent aussi le socle des programmes dans les zones où les graminées sont les plus présentes, avec quelques dicotylédones, comme en Beauce ou en Picardie, avant une intervention avec un produit à base de propyzamide (HRAC K1) en entrée d’hiver. Un traitement intermédiaire peut être inséré entre les deux, si la pression le nécessite, avec un anti-graminées foliaire du groupe HRAC A si la pression graminées est forte.

Dans le bassin Berry-Bourgogne-Lorraine-Champagne, la pression graminées est complétée par une flore dicotylédones plus difficile. La logique est la même : Colzor Trio ou Axter forment la première lame, les produits à base de propyzamide constituant le traitement indispensable en entrée d’hiver. La possible insertion, entre les deux, d’un produit dont le mode d’action relève du groupe HRAC O, influence le dosage du premier passage : 3 à 3,5 l/ha de Colzor Trio s’il n’y a pas traitement intermédiaire ; 2,5 l/ha de Colzor ou 1,5 l/ha d’Axter si la stratégie compte une application intermédiaire.

 


En pratique
Le colza, une « culture breaker » dans la rotation

Les dicotylédones constituent le problème majoritaire en matière de flore adventice sur colza. Les produits efficaces sur cette famille de mauvaises herbes présentent des modes d’actions à faible risque d’apparition de résistance en prélevée (F3 et K3) et à risque moyen en post-levée automnale (HRAC O). Les produits de post-levée tardive à base de matière active du groupe HRAC K1, efficaces sur graminées, présentent également un risque de résistance faible. Insérer un colza dans une rotation est ainsi un bon moyen de casser les cycles d’adventices sur une parcelle et de limiter l’émergence de résistances, faisant de cette plante une « culture breaker ».