France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Les leviers agronomiques face aux adventices du colza

Colza
21.05.2019
Parcelle coquelicots

Le profil de la flore envisagée et l’implantation de la culture doivent guider les choix agronomiques sur colza.

Stratégie à adapter à la flore

Sur colza, les solutions agronomiques à déployer dans le cadre d’une stratégie de désherbage sont à adapter à la flore majoritaire. Les graminées ont une durée de vie assez limitée dans le sol, et lèvent uniquement dans la couche superficielle du sol. Les enfouir est donc une solution efficace : le labour est à privilégier. Situation bien différente pour les dicotylédones, comme le géranium, l’une des mauvaises herbes principales sur colza. Le travail du sol favorise sa dynamique de levée : pour perturber son développement, un semis direct est donc le meilleur levier. Il existe également des cas intermédiaires. Contre les crucifères comme la ravenelle, par exemple, le levier à activer est un déchaumage, assez profond, en interculture.

Intégrer le facteur sol

La flore n’est pas la seule donnée à prendre en compte. Chaque région a sa propre réalité, en particulier pour ce qui touche à la nature du sol. Ainsi, le labour est plus difficile à appliquer sur un sol peu profond, caillouteux, comme c’est le cas dans les bassins de production de colza historiques : le Berry, la Bourgogne, la Lorraine… Sur ces territoires, le raisonnement de la stratégie de désherbage doit intégrer ce facteur limitant.

Soigner l’implantation du colza avant tout

« Le colza lui-même est le premier moteur d’une stratégie de désherbage », rappelle Fabien Massot, expert technique national. Autrement dit, un colza robuste, bien implanté, a plus de chances de contrarier le développement des adventices. Un semis précoce, sur un sol bien préparé, un passage de rouleau après le semis pour garder un sol frais, voire l’utilisation d’un engrais starter le cas échéant, sont les meilleurs atouts d’une culture dynamique à l’automne. Enfin, l’implantation de plantes compagnes, comme la féverolle ou la lentille, est un autre moyen de limiter le déploiement des adventices autour du colza.