France

Vous êtes ici

La protection fongicide céréales vue par les agriculteurs

Céréales
22.01.2020
Portraits agriculteurs

Syngenta livre les résultats d’une enquête agriculteurs* sur les pratiques et attentes de la protection fongicide céréales.

La septoriose, ennemi numéro 1 des blés

Pour les céréaliers, la septoriose des blés est de loin la maladie la plus dommageable sur les blés (64%) et celle qu’il faut contrôler en priorité devant la fusariose et les rouilles, une perception encore plus importante dans les régions Est (77%) et Nord (74%). En revanche, dans les régions de production Sud, c’est la rouille brune qui apparaît comme la maladie à surveiller (40%).

« Cette perception de la nuisibilité des maladies doit être rapprochée d’une réalité qui évolue depuis quelques années » souligne Bertrand Moncomble, Responsable technique Nord-ouest chez Syngenta : « en effet la rouille jaune progresse y compris sur des variétés « tolérantes » et la rouille brune s’étend désormais dans tous les bassins céréaliers, une situation qui doit inciter à la vigilance sur la septoriose et les rouilles sur tout le territoire ».


Orge
Rhynchosporiose et helminthosporiose en 1ère ligne
Sans surprise, la rhynchosporiose et l’helminthosporiose sont considérées comme les 2 maladies les plus dommageables sur orges (42% des citations). Dans le Sud, ces deux maladies sont moins citées, c’est l’oïdium qui serait plus présent (18 %). Dans ce retour d’enquête, la ramulariose n’apparaît pas dans les maladies dommageables alors que les dégâts de ramulariose peuvent atteindre 20 à 25 q/ha.


Résistances aux fongicides, entre réalité et pratiques

La notion de résistances des maladies aux fongicides céréales est un problème jugé préoccupant par 85% des céréaliers, en particulier pour la septoriose. En revanche, seulement la moitié des céréaliers déclare prendre systématiquement en compte les problèmes de résistances pour décider des traitements fongicides. « La notion de résistance est un réel enjeu dans l’élaboration des programmes fongicides » souligne Fabrice Blanc, Expert Technique National Fongicides.  « La Protection Fongicide Responsable, démarche initiée depuis plusieurs années par Syngenta accompagne les céréaliers pour conjuguer efficacité et pérennité des programmes fongicides pour une productivité préservée ».

Des applications raisonnées et un intérêt pour les OAD

En matière de stratégie fongicide, l’enquête révèle que 78 % des agriculteurs préfèrent une approche raisonnée pour protéger leurs céréales des maladies, les stratégies de traitement systématiques ne représentent plus que 20% des programmes.
Pour les agriculteurs qui traitent de façon systématique, la protection fongicide est davantage synonyme de « sécurité de la récolte ». Pour les agriculteurs qui raisonnent leur traitement, la protection fongicide est synonyme de « raisonnement du programme ».
Pour évaluer et suivre le risque maladies des céréales à la parcelle et mieux raisonner les applications fongicides, les Outils d’Aide à la Décision (OAD) suscitent l’intérêt (61% des agriculteurs ne les utilisent pas encore mais s’intéressent au sujet). « Nous sommes confiants sur le fait que notre tout nouvel outil d’aide à la décision, Avizio, qui offre à la fois une prévision fiable des maladies mais également une simplicité et une facilité d’utilisation, sera utilisé par les agriculteurs afin de mieux anticiper et surveiller le risque maladies des blés sur leur exploitation » souligne Fabrice Blanc.

Le T2 pilier de la protection fongicide

Côté programme fongicide, le T2 est le traitement jugé par près de 60% des agriculteurs comme ayant le plus grand rôle dans la protection fongicide, alors que le T1 est un traitement sur lequel 22% des agriculteurs restent attentifs, au-dessus du T3 (15%). « Le T1 prend en compte les maladies qui s’expriment précocement. Il permet non seulement de maîtriser les maladies présentes à ce stade, mais également d’optimiser le positionnement du T2 afin qu’il soit appliqué au début du cycle des maladies pour une efficacité optimale » précise Fabrice Blanc.
Enfin, les critères de choix des fongicides céréales sont multiples et équilibrés entre des exigences de sécurité et environnementales et la nécessité de protéger efficacement leurs céréales :

  • pour 56% des céréaliers interrogés, il est primordial de choisir des solutions fongicides sans danger pour l’applicateur,
  • pour 45%, de choisir des produits avec une longue durée d’action,
  • pour 44%,  d’avoir des solutions fongicides efficaces sur plusieurs maladies
  • et pour 43%, de faire un programme qui permet de prévenir les résistances.

 


Attentes
Toujours une attente forte de nouvelles molécules
En ce qui concerne les attentes des céréaliers vis à vis des fabricants de solutions de protection des cultures, le développement de nouvelles molécules est toujours une attente « prioritaire » pour 45% des céréaliers interrogés et plus globalement importante pour 95% d’entre eux. Les conseils sur les produits et leur utilisation sont également largement mentionnés.
« Syngenta accompagne les agriculteurs face aux nouvelles exigences de protection des cultures en mettant à leur disposition des outils d’aide à la décision, des produits et des recommandations d’utilisation adaptés au contexte actuel. Notre recherche fongicide est active et doit permettre de proposer aux céréaliers dans les années futures de nouveaux fongicides conventionnels mais aussi des solutions de biocontrôle » précise Anne-Sophie Laurent Le Gal, responsable du marché fongicide céréales chez Syngenta.


 

*L’enquête a été réalisée en septembre 2019 par la société d’études ADquation auprès de 512 céréaliers. Les répondants à cette enquête ont en moyenne 155 ha de SAU et 50 ha de blés. Quant aux cultivateurs d’orges, ils ont en moyenne 24 ha d’orges.