France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Oïdium sur blé ou orge

Oïdium sur blé ou orge
Erysiphe graminis

Maladies

Les symptômes apparaissent sur les feuilles, les tiges et les épis.
Pendant l'hiver, dès les premières feuilles jusqu'au tallage, un feutrage blanc envahit la surface de la feuille.
Du début de la montaison au gonflement, ce feutrage blanc superficiel devient gris et se parsème de points noirs (périthèces).
De l'épiaison à la récolte, la maladie devient grave si elle s'installe sur les épis. Des croûtes blanchâtres à grisâtres se forment sur les glumes.

Cycle de développement

La contamination primaire des céréales est due à deux types de spores : les conidies ou les ascospores.
Les conidies, issues de graminées contaminées, sont disséminées par les vents.
Les ascospores, issues de périthèces (organes de conservation et fructification du champignon), sont présentes sur les débris de récolte.
Sur la plante contaminée, la spore germée donne naissance à un mycélium et à des conidiophores qui donneront les conidies ; ils sont à l'origine des pustules cotonneuses blanches présentes sur les parties aériennes de la plante. Les conidies, disséminées par les vents, provoquent de nouvelles contaminations. En vieillissant, le champignon forme des périthèces.

Facteurs favorables

Les contaminations peuvent avoir lieu entre 2°C et 30°C (optimum 15° - 20° C).
La dissémination par le vent est meilleure par temps sec et ensoleillé. Les oïdiospores sont résistants au froid, à la sécheresse et aux U.V.
L'oïdium a la particularité de germer à n'importe quelle humidité relative (en absence d'eau liquide) même par temps sec ; néanmoins, une alternance de jours chauds et humides augmente l'épidémie.

Dégâts

Les pertes peuvent atteindre 10% du rendement potentiel pour les variétés les plus sensibles.
Les pertes sont plus importantes en cas d'attaque des épis

Mesures prophylactiques

- Variété : choisir une variété peu sensible
- Date des semis : éviter les fortes densités qui maintiennent une humidité dans la végétation.
- Mesures agronomiques : éviter les apports tardifs d'azote.