France

Vous êtes ici

Les atouts de la rotation blé/Hyvido plutôt qu’un blé sur blé

Orges Hyvido
11.05.2022
Les atouts de la rotation blé/Hyvido plutôt qu’un blé sur blé

Implanter une orge hybride Hyvido® en précédent blé plutôt qu’un blé sur blé offre plus de flexibilité et plus de rentabilité avec moins d’intrants.

Productivité améliorée avec la rotation blé/Hyvido

Alors que la succession blé/ blé concerne environ 10 % des blés tendres en France, Syngenta a conduit dès 2013 une expérimentation pour mesurer les écarts de rendement en blé tendre et orge hybride Hyvido en précédent blé. « Les résultats étaient spectaculaires avec un gain net régulier de plus de 15 quintaux par hectare (6 sites) pour Hyvido par rapport à un blé tendre. Le gain de rendement peut régulièrement dépasser la barre des 25 quintaux par hectare lors de forte pression de piétin échaudage pour le blé sur blé alors qu’il n’y aura pas ou peu d’impact sur le rendement de l’orge dans ces cas » observe Sébastien Pichard, expert technique national semences chez Syngenta.

Moins d’azote pour atteindre le potentiel de la céréale

L’orge hybride est une céréale économe en azote. Ses besoins en azote sont de 2.5 kg N/q contre 2.8 à 3.5 kg N/q pour les blés, ce qui représente « une économie de 50 unités d’azote (pour un potentiel du blé ou de l’orge à 100 q/ha avec un coût d’azote de plus de 2,5 €/unité) soit un minimum de 120 à 150 euros par hectare de charges en moins compte tenu des cours toujours très soutenus de l’azote » explique l’expert.
La meilleure efficience de l’azote des orges hybrides Hyvido s’explique par un système racinaire plus développé qui permet une meilleure exploitation des éléments nutritifs principalement lors du début du cycle.

Une protection fongicide allégée

Les orges hybrides présentent une bonne tolérance aux maladies de début de cycle que sont l’oïdium, l’helminthosporiose et la rhynchosporiose. « Cette tolérance permet de réduire régulièrement de moitié la dose du 1er passage fongicide, voire de le supprimer en fonction de la pression des maladies. Cela se traduit par une économie de 15 euros par hectare pour un T1 à ½ dose et de 55 euros par hectare pour la suppression du T1 » précise l’expert.
Cette gestion pilotée de la production fongicide est un point très important pour les agriculteurs qui sont de plus en plus sensibles aux enjeux environnementaux.

Un désherbage facilité

Compte tenu de leur forte capacité de tallage, les orges hybrides ont un développement de biomasse foliaire important avec un pouvoir couvrant qui contribue à la baisse du stock grainier. Ainsi, la culture de l’orge hybride est moins concurrencée par les mauvaises herbes qu’un blé sur blé et l’agriculteur optimise l’usage des désherbants.
Les orges hybrides Hyvido se présentent ainsi comme un des leviers majeurs pour gérer les mauvaises herbes dans la rotation et permettent de maîtriser l’investissement en herbicides.


Une récolte plus précoce avec l’orge hybride qu’avec un blé

Les orges hybrides sont récoltées plus précocement que les blés, avec une avance de 2 à 3 semaines selon les années et les régions. Cette précocité est un atout majeur pour les céréaliers pour l’étalement de la moisson et une bonne organisation des chantiers.
Cette récolte plus précoce permet par ailleurs de libérer les terres plus tôt pour l’implantation de cultures d’automne comme le colza notamment.


Des débouchés flexibles et porteurs pour l’orge hybride

Autre atout de l’orge hybride par rapport au blé, la flexibilité des débouchés avec la possibilité d’orienter la production au printemps en fonction des besoins de l’exploitation (pour les éleveurs), des cours de l’orge (pour les céréaliers) ou des méthaniseurs (pour les agriculteurs engagés dans des projets de méthanisation).

  • Conduite classiquement, l’orge hybride offre une productivité élevée avec un gain de + 6,2 q/h par rapport à une lignée auquel il faut ajouter un surplus de paille de + 1,1 T/ha.
  • Récoltée au stade laiteux, l’orge hybride permet régulièrement une production de 13 à 15 TMS/ha soit plus de 4 000 nm3/ha générés pour la méthanisation, un débouché en plein essor.
  • Fauchée en sortie d’hiver (entre le stade 1 nœud et 3 nœuds), la récolte de l’orge hybride permet une récolte de 2 à 4 T MS/ha pour un ensilage de qualité avec une forte appétence pour le cheptel.