France

Vous êtes ici

Comment maîtriser la tordeuse Cryptoblabes gnidiella ?

Vigne
11.12.2020

Dégâts de Cryptoblabes. Photo Cyril Cassarini, Chambre d’Agriculture du Gard

Cryptoblabes gnidiella s’étend dans les vignobles du Sud-Est. Affirm et Proclaim sont  autorisés pour contrôler ce ravageur.

Cryptoblabes gnidiella, un ver de grappe de plus en plus préoccupant

Encore inconnu des vignerons il y a quelques années, Cryptoblabes gnidiella ou pyrale du Daphné est devenu en quelques années un ravageur préoccupant dans les vignobles de l’arc méditerranéen. Observé pour la première fois en France en 1999, il est problématique depuis 4 à 5 campagnes avec des dégâts parfois conséquents dans les zones proches du littoral des départements du pourtour méditerranéen (des Pyrénées-Orientales au Var) où les pertes de récolte ont pu dépasser les 50 %. « A la faveur d’hiver doux, Crytoblabes poursuit son implantation dans les vignobles méditerranéens ; outre les dégâts directs, les larves de ce ravageur de fin de saison ouvrent également des portes d'entrée au botrytis ou à Aspergillus carbonarius » observe Jean Litoux, ingénieur Solutions Agroécologie chez Syngenta dans les vignobles du Sud-Est.
Cryptoblabes gnidiella s’attaque aux baies contenant du sucre. Sa présence et ses dégâts sont perceptibles à partir de mi-juillet jusqu’aux vendanges. Compte tenu de sa spécificité et de sa période d’activité tardive en saison, ce ravageur n’est pas entièrement maîtrisé par les applications insecticides visant Eudémis et Cochylis et par la confusion sexuelle qui est également spécifique à Eudémis ou Cochylis.

Intervenir en situation à risque à partir de début véraison

Pour limiter le développement de Cryptoblabes, la lutte doit donc être spécifique à partir du début véraison. « Une lutte spécifique contre Cryptoblabes gnidiella doit être envisagée si 3 facteurs sont réunis », remarque Jean Litoux, « la présence du ravageur observée par piégeage, les dégâts constatés l’année précédente et l’atteinte du stade début véraison ».
En 2021, compte tenu de la présence de Cryptoblabes 2020 dans de nombreuses parcelles de l’arc méditerranéen, la vigilance sera de rigueur. « Cryptoblabes gnidiella est en effet sensible au gel, précise Jean Litoux, et les hivers rigoureux peuvent enrayer son développement. Le profil de l’hiver 2020/2021 sera déterminant pour le développement de ce ravageur ».


Affirm® et Proclaim®, des solutions insecticides avec un profil favorable

Les spécialités insecticides Affirm et Proclaim, spécifiques des vers de grappe sont utilisables depuis 2 campagnes contre Cryptoblabes gnidiella. Avec un délai avant récolte de 7 jours et un nombre d’applications maximum de 3 par an, Affirm et Proclaim présentent plusieurs avantages pour lutter contre ce nouveau ravageur :

  • simple à positionner avec une efficacité ovo-larvicide qui permet une large fenêtre d’action du début des pontes au stade œufs tête noire,
  • une persistance d’action de 21 jours,
  • un profil favorable (classé NFT sur typhlodromes) qui fait d’Affirm / Proclaim, un allié idéal de la confusion sexuelle,
  • une efficacité reconnue sur les vers de la grappe (Eudémis et Cochylis) permettant d’envisager une stratégie de lutte commune contre Cryptoblabes gnidiella.
  • pour une efficacité optimale, Syngenta recommande de viser soigneusement les grappes (les dégâts commencent au cœur des grappes) en réalisant des traitements face par face.

Pour en savoir plus :
- Affirm