France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mildiou, assurer la protection en encadrement de floraison

Vigne
19.03.2019
Stade floraison vigne

Autour de la floraison, la vigne est très réceptive au mildiou. Une protection sans faille est indispensable.

Floraison, un stade très sensible au mildiou

Du stade bouton floraux à la nouaison, la vigne est très sensible au mildiou. « C’est une période où tous les boutons floraux, les fleurs ou les baies tout juste nouées d’une grappe peuvent être anéantis par une forte contamination » observe Jean-Baptiste Drouillard, expert national technique vigne chez Syngenta. « A ce stade, confirme Gilles Robert, ingénieur conseil culture chez Syngenta en Nouvelle Aquitaine, la grappe se comporte comme une feuille, les stomates sont très réceptifs et la chute des capuchons est une porte d’entrée aux spores de mildiou ».

La période de l’encadrement de floraison apparaît donc comme une période à très haut risque où le mildiou peut s’étendre rapidement sur les feuilles, attaquer fortement les grappes, et donc engendrer des pertes de récolte importantes.

 


Actualité
2018, une floraison très arrosée en Nouvelle Aquitaine

En 2018, en Nouvelle Aquitaine, les grosses contaminations de mildiou ont eu lieu entre le 25 mai et le 15 juin au cœur de la floraison du Merlot, cépage très sensible au mildiou. Parallèlement, selon les zones, les vignerons ont dû affronter entre 100 et 200 mm de pluie sur cette période avec des humectations quasi quotidiennes. Le moindre « trou de protection » a été fatal avec des pertes de rendement importantes.  Le BSV viticulture bilan de l’année 2018 en Nouvelle Aquitaine précise d’ailleurs que « dès la mi-juin, d’importants symptômes sur grappe étaient signalés. »


 

Des fongicides pénétrants ou systémiques en encadrement de floraison

Pour protéger la vigne sur cette période à haut risque et de forte pousse, il est recommandé d’appliquer des fongicides à action pénétrante et/ou systémique avec une persistance d’action suffisante pour gérer plus facilement le renouvellement des traitements qui doit être particulièrement soigné. « Notre spécialité fongicide Ampexio® / Revoluxio® a fait ses preuves sur cette période hautement sensible avec deux matières actives très résistantes au lessivage : le mandipropamid qui se fixe rapidement et fortement dans les cires cuticulaires, puis se relargue dans les tissus de la plante et la zoxamide qui se fixe fortement dans les cires cuticulaires » explique Jean-Baptiste Drouillard. « Par ailleurs, le mandipropamid migre de façon translaminaire dans les feuilles à partir du réservoir situé dans les cires cuticulaires » ajoute-t-il.

La résistance au lessivage (60 mm) d’Ampexio / Revoluxio est un réel atout sur cette période. D’autres fongicides « hauts de gamme » sont disponibles pour protéger les vignes autour de la floraison, permettant ainsi de respecter l’alternance des familles chimiques fongicides afin de limiter le risque de développement des résistances. « Ces fongicides pénétrants peuvent être complétés par des fongicides de type phosphonates, pour augmenter la robustesse et protéger les jeunes pousses » suggère l’expert vigne.

 


Témoignage
Une protection robuste en encadrement de floraison dans un programme biocontrôle

Arnaud De ButlerArnaud de Butler (Château Crabitey en Gironde dans les Graves) a expérimenté en 2018 sur 2 parcelles de 2,5 hectares un programme fongicide avec un objectif résidu « proche de zéro ». 
« Pour protéger les vignes contre le mildiou, nous avons fait le choix, en début et en fin de programme, de solutions de biocontrôle associées au cuivre. Dès le stade boutons floraux, nous sommes repassés aux fongicides de synthèse en l’occurrence des fongicides à action translaminaire.  Cette stratégie a été payante puisque nous avons eu très peu de dégâts de mildiou, un rendement à l’optimum (60 hl/ha), seulement 8 traitements alors que la pression mildiou était exceptionnelle. L’objectif « proche de zéro résidu » a été atteint avec deux molécules trouvées dans les vins à moins de 1 % de la LMR après analyse des vins. »