France

Vous êtes ici

Réussir l’implantation du tournesol pour une bonne levée

Tournesol
09.04.2020
Semis Tournesol

Pour limiter les pertes à la levée, l’implantation du tournesol doit être particulièrement soignée. Les conseils de Syngenta.

Des approvisionnements en semences de tournesol tendus

Les surfaces de tournesol pourraient augmenter de 25 % en 2020, une situation conjoncturelle liée à la fois aux difficultés d’implantation des céréales à l’automne 2019, mais aussi la diminution des surfaces de colza, culture qui fait face à une problématique croissante des ravageurs d’automne. « Cette augmentation importante des surfaces de tournesol concerne tout particulièrement les tournesols oléiques avec, sur ce créneau, un contexte d’approvisionnement en semences très tendu » souligne Sylvain Lascabettes, chef de produit oléagineux chez Syngenta. « Les semis de tournesol 2020 devront donc être tout particulièrement soignés pour limiter les pertes à la levée et occasionner le moins de ressemis possible ».

La préparation du sol, stratégique pour la levée du tournesol

Le tournesol est une plante à pivot avec un enracinement profond et puissant, son pivot en conditions favorables peut en effet descendre jusqu’à 3 mètres de profondeur. « La préparation du sol est très importante car elle conditionne à la fois la levée du tournesol mais aussi son alimentation en eau (pendant la période estivale) et en éléments nutritifs » explique Sylvain Lascabettes. L’objectif est d’avoir à la fois un lit de semences assez fin et un sol bien décompacté sans obstacle ni semelle pour permettre au pivot un enracinement profond, « cette année, la reprise des terres après un automne et un hiver pluvieux est stratégique » ajoute-t-il. Pour assurer cet enracinement profond, il est recommandé de travailler le sol en conditions ressuyées afin d’éviter les phénomènes de compaction en évitant d’utiliser des outils animés.

Choisir la bonne fenêtre de semis pour limiter les dégâts des oiseaux

Lors de la phase de levée du tournesol, le danger numéro un vient des dégâts d’oiseaux et notamment des pigeons ramiers qui sont très friands des jeunes pousses de tournesol au stade cotylédon. Pour limiter ce danger, il faut limiter la phase d’exposition aux oiseaux prédateurs en favorisant une installation rapide du tournesol. « Cela suppose de choisir la bonne fenêtre de semis afin de positionner la graine de tournesol dans un sol suffisamment réchauffé (8 à 10 °C) en s’assurant que dans les 10 jours qui suivent ce semis, la météo sera clémente permettant ainsi une levée et une installation rapide du tournesol ». Pour limiter le risque oiseaux, il est également recommandé de semer en même temps que ses voisins, « cela évite que les oiseaux prédateurs se concentrent sur quelques parcelles ».

La bonne variété à la bonne densité

Le choix de la variété doit être adapté à la précocité, au potentiel mais aussi à d’autres critères comme la tolérance aux maladies, la vigueur à la levée, la régularité, la teneur en huile … « Avec plus de 35 variétés disponibles allant des « très précoces aux ½ tardifs », Syngenta offre aux producteurs de tournesol une large gamme en réponse aux attentes de l’ensemble des situations françaises » précise Sylvain Lascabettes, « la moitié sont des variétés oléiques répondant ainsi à la forte demande du marché de ce segment ».

L'offre climatique (en somme de température) du 15 avril au 15 septembre 

Tournesol : Offre climatique

La densité de semis doit être raisonnée selon les variétés et le potentiel de rendement visé. Idéalement, l’objectif est d’avoir 55 à 65 000 plantes/ m2. Dans la plupart des régions, un écartement de maximum 60 cm est à privilégier au moment du semis, écartement qui permet par ailleurs un binage si besoin.  « Cet écartement assure en effet une bonne couverture du sol et facilite la circulation d’air, réduisant ainsi le risque de maladies. Il ne faut pas hésiter à baisser la densité de semis pour un écartement compris entre 70 et 80 cm au risque d’avoir une trop grande concurrence de pieds sur le rang » observe Sylvain Lascabettes.

Le tableau ci-après donne des indications de densité de semis en fonction des types de sol et des taux de levée.

Densité optimale

CONDITIONSOBJECTIF DE DENSITÉ LEVÉE
Optimum vis-à-vis du rendement et de la richesse en huile
CAS GÉNÉRAL

CONDITIONS OPTIMALES
Lit de semences, conditions de levée, risque très faible de parasitisme et/ ou déprédation

TAUX DE LEVÉE INDICATIF
75%85%
TRÈS CONTRAINTES EN EAU Sols superficiels et sols intermédiaires en région méditerranéenne50 000 plantes/ha65 000 graines/ha60 000 graines/ha
MOYENNEMENT CONTRAINTES EN EAU Sols intermédiaires hors région méditerranéenne, tournesol irrigué en sol superficiel55 000 plantes/ha70 000 graines/ha65 000 graines/ha
FAIBLEMENT CONTRAINTES EN EAU Sols profonds, tournesol irrigué en sol intermédiaire ou profond ET ZONES «FRAÎCHES» ET/OU À FIN DE CYCLE HUMIDE60 000 plantes/ha si écartement entre rangs ≤ 60 cm75 000 à 80 000 graines/ha si écartement entre rangs ≤ 60 cm70 000 graines/ha si écartement entre rangs ≤ 60 cm
50 000 à 55 000 plantes/ha si écartement large65 000 à 70 000 graines/ha si écartement large60 000 à 65 000 graines/ha si écartement large