France

Vous êtes ici

Orges Hyvido, des éleveurs convaincus par l’option « 3 en 1 »

Orges Hyvido
08.07.2020
Orges Hyvido : Retour d’expérience sur une récolte

Trois éleveurs Visio-Ferme* ont récolté du fourrage, du grain et de la paille sur une seule saison avec les orges Hyvido®.

Faucher l’orge hybride à 2 nœuds dans de bonnes conditions

Par Philippe Auguin, éleveur en Vendée et « inventeur » de l’option 3 en 1

Philippe Auguin, éleveur en Vendée et « inventeur » de l’option 3 en 1J’ai commencé les 1ères fauches d’Hyvido en 2013.Cette technique de fauche, plus de repousse, plus de grains et plus de paille est née de ma curiosité quand j’ai vu l’impressionnante capacité de repousse de l’orge hybride lorsqu’elle était tondue dans les allées d’essai. Depuis que je pratique cette technique,  2017 a été la meilleure année avec 4,8 T de MS/ha de biomasse coupée à 2 nœuds, 86 q/ha de grains ensuite et 3,2 T de paille/ha avec la variété Tektoo.  En 2018, j’ai récolté 6 T MS/ha mais en revanche, la récolte en grain était de 58 q/ha : j’avais dû couper à 3 nœuds sur un sol humide en raison d’une météo défavorable, ce qui avait beaucoup impacté le système racinaire. Néanmoins, j’avais malgré tout réussi à faucher et enrubanner 46 bottes d’Hyvido sur 2,2 hectares qui ont pu alimenter mon troupeau de vaches laitières durant 46 jours. Mon expérience depuis plusieurs campagnes m’a prouvé que le stade optimal de récolte est le stade 2 nœuds sous réserve que la parcelle soit portante au moment de la fauche, ce qui n’a pas été le cas en 2020. J’ai donc décidé de ne pas réaliser de fauche pour cette campagne malgré l’intérêt alimentaire que représente ce fourrage de très bonne qualité, très appétant et apprécié des vaches laitières. Quand les conditions de l’année permettent de récolter au bon stade et dans de bonnes conditions, mon objectif est au minimum d’enrubanner 2 à 3 hectares d’orge hybride chaque année, afin d’avoir un fourrage de qualité et de sécuriser mon stock de fourrage.

Philippe Auguin exploite 200 hectares en Vendée, avec un troupeau de 130 vaches laitières pour un cheptel de 300 à 350 bovins.

 

Le top du fourrage

Par Jean-Christophe Theuil, éleveur dans l’Allier

Jean-Christophe Theuil, éleveur dans l’AllierDepuis 3 ans, je réalise des essais de fauche printanière d’orge hybride Hyvido sur une parcelle de 0,5 ha. Récolté au stade 2 nœuds, l’orge Hyvido permet d’avoir un fourrage de très haute qualité (riche en énergie et en protéines) avec une appétence impressionnante, les animaux en raffolent ! Je réserve d’ailleurs ce fourrage pour mes animaux à l’engraissement. En 2019, j’ai réussi, avec la variété Tektoo récoltée à 2 nœuds, à obtenir plus de 3 T de MS/ha et à faire malgré tout un rendement de 75 q/ha par la suite. J’ai la chance de pouvoir irriguer ce qui me permet après la coupe de réaliser un apport d’azote et un tour d’eau (si nécessaire) afin que l’orge hybride reparte dans les meilleures conditions. Mon conseil pour une fauche printanière d’orge hybride Hyvido : que la parcelle soit saine et que les conditions climatiques ne soient pas trop humides au moment de la fauche afin de ne pas tasser le sol et pénaliser la repousse.
Jean-Christophe Theuil exploite 350 hectares dans l’Allier (dont 15 ha d’orge hybride) avec un cheptel de 130 vaches allaitantes (300 bêtes au total).

 

Un fourrage très appétant idéal en cas de besoin

Par Hervé Soissons, GAEC Soissons dans le Pas de Calais

Hervé Soissons, GAEC Soissons dans le Pas de CalaisSur les essais de fauche printanière d’orge Hyvido que j’ai réalisés, j’ai pu constater que le fourrage obtenu était d’excellente qualité énergétique et protéique. Ainsi, en 2019, pour une fauche au stade 2 nœuds, j’ai récolté 3,4 T MS/ha avec un fourrage à 0,95 UFL et 125 g PDIN. C’est un fourrage très appétant que mes bovins adorent, plus riche que la luzerne, qui contribue à une meilleure autonomie protéique et permet ainsi une économie de concentrés. Par la suite, moins de 100 jours après la fauche, c’était la moisson et j’ai récolté 61 q/ha soit 60 % du témoin, un rendement qui aurait pu être supérieur si nous avions la chance d’avoir un peu de pluie après la fauche. Je suis convaincu par l’intérêt de cette solution en cas de besoin de fourrage mais il faut être très vigilant sur les conditions au moment de la fauche, pas trop humide pour éviter un tassement et faciliter le redémarrage et pas trop sec après la fauche pour que l’orge hybride reparte dans les meilleures conditions. Je n’hésiterai pas, en cas de besoin, à pratiquer cette fauche printanière d’orge hybride Hyvido !
Le GAEC Soissons élève des bovins viande de race Parthenaise sur une exploitation de 150 hectares.

*Le réseau d’expérimentation Visio-Ferme rassemble des agriculteurs volontaires et motivés par l’innovation pour tester en grandes parcelles de nouvelles solutions techniques