France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Désherbage en sortie d’hiver, la rentabilité au rendez-vous

Céréales
24.05.2019
Parcelle céréales à paille dans la région d'Anjou

Le rattrapage en sortie d’hiver a ses atouts, à court et moyen termes, dans la stratégie de désherbage des céréales.

Un complément au passage d’automne

L’utilité d’un désherbage des céréales à l’automne n’est plus à démontrer, notamment pour éviter la concurrence précoce et venir à bout des mauvaises herbes indésirables : c’est une contribution importante au rendement final. La question d’un rattrapage en sortie d’hiver peut toutefois se poser, y compris en cas de double traitement d’automne. 

Cette application est particulièrement importante si la pression adventice est élevée. Même avec une application phytosanitaire d’automne efficace à 90 %, des pieds restent présents. La météo automnale a aussi son influence : en 2018, le sol sec n’a pas permis des conditions de pulvérisation optimales, ou a incité à attendre que les adventices aient levé, atteignant des stades développés pour des herbicides racinaires lors de l’application.

 

Des atouts technico-économiques

Un tour de plaine est indispensable en sortie d’hiver : un bilan à renouveler régulièrement, les effets du gel et des traitements d’automne pouvant agir jusqu’à début mars. Si le rattrapage n’est pas automatique, et doit se raisonner à la parcelle, il s’avère être l’itinéraire le plus efficace en termes technico-économiques : les risques de pertes de rendement directes sont à prendre en compte. La concurrence des adventices, durant le printemps, notamment au moment des chantiers de fertilisation, peut réduire les quintaux.  

Rentable à partir de 3 q/ha de gains

Les essais menés par Syngenta établissent le bénéfice d’un rattrapage à 8 q/ha en moyenne, avec un gain d’efficacité de 18 % par rapport à un désherbage d’automne seul, sachant que les 45 € par hectare que coûtent le rattrapage en moyenne sont rentabilisés dès 3 q/ha. Les bénéfices dépassent toutefois le court terme : à plus longue vue, réduire le stock de graine d’une parcelle représente un bénéfice en limitant la colonisation répétée des parcelles.

Privilégier les anti-graminées

Si certaines dicotylédones peuvent également apparaître (gaillet), la vigilance concerne essentiellement les graminées (ray-grass, folle-avoine, agrostis…). Le choix d’un anti-graminées foliaire tel que Axial Pratic, ou Traxos Pratic, confère au rattrapage de sortie d’hiver un haut niveau d’efficacité. Ces spécialités, souples d’emploi vis-à-vis des conditions météorologiques et du stade des adventices, présentent l’avantage d’un prix accessible.