France

Vous êtes ici

Essais de désherbage près de Rennes : découvrez les solutions

Terres de progrès
18.03.2020
Rennes

Le pôle Terres de Progrès de Rennes* teste des solutions de désherbage pour les céréales, le maïs et le colza.

Des essais sur une parcelle à dominante ray-grass

« La parcelle près de Rennes qui accueille la démarche « Terres de Progrès » est infestée de ray-grass depuis plusieurs années avec des échecs de désherbage » indique Fabien Massot, expert technique national herbicides chez Syngenta. C’est dans ce contexte régional que Syngenta a expérimenté les leviers de désherbage proposés dans le cadre de la démarche « Terres de Progrès » : agronomie, mise en œuvre de méthodes alternatives ou complémentaires au désherbage telles que le désherbage mécanique, raisonnement des programmes herbicides et utilisation responsable des herbicides à la parcelle. L’objectif est d’apporter un ensemble de solutions pour maîtriser les adventices dans la rotation et préserver la rentabilité des exploitations.


Plantes compagnes et stratégies de désherbage sur colza

Sur colza, l’implantation de plantes compagnes (gesse, féverole, pois, vesce pourpre et commune, lentille, fenugrec, trèfle d’Alexandrie et Blanc) est une pratique qui se développe (10 à 15 % des surfaces) pour réduire la nuisibilité des ravageurs d’automne comme les grosses altises. Pour répondre à ce nouvel enjeu, des essais de désherbage sélectifs des plantes compagnes ont été mis en place sur le site.
Parallèlement, plusieurs programmes de désherbage (prélevée, post-précoce, 4-5 feuilles et entrée d’hiver) ont été expérimentés avec une ou deux applications en solo ou en programme. La stratégie d’un désherbage en prélevée associée à une intervention avec de la propyzamide en entrée d’hiver apparaît la plus efficace. L’expérimentation mise en œuvre a également pu confirmer toute l’efficacité des solutions herbicides de prélevée malgré une implantation du colza dans des conditions sèches.


Dates, densité de semis, labour et programmes de désherbage sur céréales

Sur céréales, deux dates de semis (26 octobre/21 novembre) ont été testées et croisées d’une part avec des modules labour/non labour et d’autre part avec plusieurs stratégies de désherbage (prélevée, post-précoce et sortie d’hiver avec une ou deux applications). En sortie d’hiver, le salissement le plus important était observé sur la modalité semis précoce en non-labour, itinéraire technique qui nécessitait une stratégie de désherbage avec 2 applications à l’automne pour maîtriser les adventices.
La comparaison de la succession blé/blé ou blé/orge HyvidoTM a montré par ailleurs tout l’intérêt de cette dernière pour une bonne gestion des adventices grâce à un volume de végétation supérieur avec les orges hybrides Hyvido et une reprise plus précoce en sortie d’hiver. Ces cultures ont été croisées avec différents programmes de désherbage d’automne et de sortie d’hiver.
Sur les orges Hyvido, plusieurs densités de semis ont également été testées, afin de mesurer l’impact de ce levier.
Malheureusement, les conditions trop humides de l’automne n’ont pas permis de réaliser l’essai sur le désherbage mécanique en prélevée ou en post-précoce avec une herse étrille.
Enfin, des essais comparent de nombreuses solutions de désherbage afin de dégager les solutions les plus efficaces.


Maïs, entre l’effet date de semis, l’effet labour et une collection d’adventices locales

Les essais maïs qui seront implantés ce printemps expérimenteront notamment l’effet date de semis. Les semis précoces favorisent en effet le rendement mais aussi le salissement, l’objectif de l’expérimentation est d’aider les agriculteurs à trouver le meilleur compromis pour maîtriser les mauvaises herbes et préserver le rendement du maïs. Seront également comparées des stratégies labour/non-labour ainsi que plusieurs modalités de désherbage : 100 % mécanique, désherbage mixte, 100 % chimique.
Enfin, afin de mesurer l’efficacité de différentes solutions herbicides de post-levée sur les dicotylédones, une collection d’adventices va être implantée (mercuriales, chénopodes, renouées ...) afin de communiquer aux agriculteurs les efficacités mesurées avant l’apparition de ces mauvaises herbes dans leurs parcelles.

 

Information COVID- 19
En raison du contexte sanitaire, les visites du pôle de Rennes sont annulées.
Nous partagerons avec vous les résultats de ce pôle au moyen d’une visite d’essais en vidéo.
Les clés du désherbage en grandes cultures