France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Actualités de la filière betterave à sucre

Betterave
23.05.2017
Parcelle de betteraves

Retrouvez chaque semaine les actualités de la filière betteraves à sucre.

La CGB recrute de nouveaux betteraviers

La CGB, confédération générale des planteurs de betteraves, lance une campagne d’adhésion auprès des planteurs, les appelant à rester unis face à la libéralisation du secteur. « Avec la fin des quotas sucre et l’ouverture des marchés, la filière betterave rentre dans un environnement de plus en plus concurrentiel », explique la Confédération. « Les planteurs vont, encore plus avoir besoin de la force d’un syndicat comme la CGB pour les représenter et les aider à gagner en compétitivité et en efficacité. » Le syndicat se veut « une force d’équilibre pour montrer la voie et donner de la voix ». L’objectif de la filière est de positionner la betterave comme une culture à forte valeur ajoutée de leur exploitation.

Betteraves : gare à la reprise d’activité des ravageurs

La pluie et la remontée des températures devraient être favorables à une reprise d’activité des ravageurs. Si la présence de parasites souterrains (blaniules, scutigerelles, tipules et taupins) reste encore peu importante cette semaine, l’installation de pucerons noirs a été repérée dans plusieurs parcelles. Les populations de limaces tendent également à grossir. L’écart entre les parcelles tout juste levées et celles ayant déjà atteint le stade 8 feuilles devrait se réduire. Les conditions climatiques, plus clémentes, devraient en effet, booster la végétation.

Betteraves : le désherbage se poursuit

Le désherbage visant les dicotylédones se poursuit à la faveur de nouvelles levées, ou d’un constat d’échec du dernier passage. Les spécialités et les doses doivent être adaptées à la flore dominante et au développement des adventices. Dans les parcelles homogènes, des betteraves au stade 4 feuilles vraies ou plus, sont compatibles avec les interventions de désherbage mécanique sur le rang : moulinets, houe rotative, herse étrille avec réglages des dents par ressort. La bonne efficacité des premiers passages chimiques permet d’intervenir sur de très jeunes adventices (stade fil blanc, cotylédon étalé). Au-delà de ces stades, préférez une intervention chimique généralisée. En aucun cas, ces dispositifs d’intervention sur le rang permettent un rattrapage d’adventices trop développées (2 feuilles et plus). Ces interventions sont bien sûres tributaires des conditions météorologiques et notamment de la pluie. En sols trop motteux ou en présence de cailloux, le désherbage mécanique est impossible. Les grosses mottes ou les cailloux recouvrent et abiment irrémédiablement un trop grand nombre de plantes.