France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

L’agronomie pour optimiser l’action des herbicides sur maïs

Maïs
07.11.2019
Adventices Maïs

Pour consolider et optimiser un programme de désherbage sur maïs, plusieurs leviers agronomiques sont disponibles.

Le maïs, très sensible à la concurrence jusqu’à 12 feuilles

Face à la problématique du désherbage des parcelles de maïs, l’agronomie intègre un ensemble de paramètres à combiner. Plusieurs pratiques apportent leur propre utilité, notamment pour limiter le stock semencier sur le moyen terme ; mais elles permettent avant tout de mettre les produits chimiques dans les meilleures conditions d’efficacité, en aidant la plante à « prendre de l’avance » sur les adventices. Le maïs est particulièrement sensible à la concurrence entre les stades 2 feuilles et 12 feuilles : c’est sur cette période que les leviers agronomiques prennent toute leur importance.

Faux semis, provoquer la levée des adventices

L’idée est de provoquer, via un travail du sol superficiel, une levée des adventices pour pouvoir les éradiquer en amont de l’implantation du maïs, mécaniquement ou grâce à la chimie. Il doit être réalisé dans de bonnes conditions de sol  pour favoriser les levées et au moins 25 à 30 jours avant semis. Ce levier, intéressant pour la grande majorité des adventices, peut-être plus limité sur certaines dicots (amarante, morelle, etc.) ou sur les graminées estivales.

Préparation du sol, gare aux sols trop « fins »

Le labour occasionnel est un levier efficace, à actionner en fonction de la flore ciblée, comme les graminées estivales, le ray-grass ou le brome. Mais il est nettement moins efficace sur les dicotylédones. Le travail du sol, s’il doit aboutir à une préparation trop « fine », via l’utilisation de la herse rotative par exemple, risque d’être contre-productif en favorisant une levée massive des adventices.

Choix de la date de semis, trouver le bon curseur

Les dates de semis plus tardives sont un levier efficace pour diminuer la pression des adventices sur la culture. Le programme herbicide peut alors être appliqué dans de meilleures conditions. Attention toutefois : une implantation trop tardive du maïs peut limiter le potentiel de rendement. C’est donc un juste milieu à trouver.

Densité de semis, écartement des rangs, variétés… laisser moins de place aux adventices

Ces paramètres au semis ont une influence directe sur l’espace et l’ensoleillement laissés aux mauvaises herbes. Un semis plus dense, avec un écartement faible et des variétés plus couvrantes, complique le travail de colonisation de l’inter-rang des adventices.

Enfin, les engrais starters, en dynamisant le maïs au début de son développement, lui donnent plus de chances de gagner la course contre les adventices en passant plus rapidement sa période de sensibilité à la concurrence.