France

Vous êtes ici

Haies : les étapes clefs de l’implantation et de l’entretien

Bonnes pratiques
01.12.2021
Une haie bien implantée, au bon endroit, et entretenue régulièrement, constitue un véritable atout pour la parcelle.

Une haie bien implantée, au bon endroit, et entretenue régulièrement, constitue un véritable atout pour la parcelle.

Tenir compte du sol, du climat et des objectifs d’exploitation

Protection contre le vent, réduction de l’érosion des sols, prévention du ruissellement des eaux, réservoir de biodiversité... Les atouts des haies pour la parcelle agricole comme pour le territoire ne sont plus à démontrer. Pour tirer parti de l’ensemble de ces bénéfices, le choix du type de haie  et l’implantation se préparent soigneusement, en s’appuyant sur la situation géographique, les conditions pédoclimatiques et les objectifs d’exploitation. Par exemple, la performance d’une haie dans la lutte contre la dérive de pulvérisation dépend du choix de l’espèce végétale, de son type de croissance, de la densité de plantation et de la surface foliaire de la végétation.

Une haie connectée à la trame paysagère

Plus la haie est connectée aux autres éléments du paysage (bois, bosquets, mares, zones enherbées...), plus elle sera utile à son environnement. C’est pourquoi l’implantation est recommandée le long des réseaux hydrologiques, en bordure des linéaires existants (routes, clôtures, chemins...) et en rupture de pente, pour retenir la terre et les écoulements d’eau.

Au milieu d’une bande enherbée

Les bienfaits d’une haie s’expriment mieux si elle est implantée au milieu d’une bande enherbée. Prévoir ainsi une bande enherbée d’une largeur minimale de deux mètres et planter la haie au centre de la zone, plutôt que sur l’un de ses bords. La densité de plantation doit être suffisamment élevée pour optimiser la rétention d‘eau et la protection contre le vent : les haies s’implantent en quinconce en deux ou trois rangs d‘une largeur de 0,5 à 1 m, selon les espèces et leur capacité à combler les espaces ouverts.

Choisir des espèces locales et complémentaires

La période la plus propice à la plantation s’étale de novembre à mars, en évitant les épisodes de gel bien entendu. Le choix se porte sur des jeunes plants d’espèces locales et complémentaires dans le temps. Un nombre important d’espèces permet d’assurer un abri et de la nourriture à la faune tout au long de l’année : mélanger les espèces mellifères et fruitières pour varier les périodes de floraison et associer des feuilles persistantes et des feuilles caduques, en évitant les conifères. La différence des strates et des ports végétaux augmente la diversité des habitats. Attention à bien tenir compte aussi des éventuels effets négatifs sur les cultures : des espèces peuvent être des plantes hôtes pour des maladies ou parasites.

Amendement et mulching pour limiter les adventices

Le sol doit être bien préparé afin de permettre un bon enracinement des espèces choisies. L’apport d’amendement dynamise le développement préalable de l’activité biologique du sol. Un mulching au pied des plants permet de réduire la concurrence des herbacées et de maintenir l’humidité, tout en contribuant à augmenter la diversité et l’activité des micro-organismes. La compétition des mauvaises herbes doit être contrôlée dès l’implantation. Une protection contre les attaques des animaux sauvages et domestiques peut être nécessaire pour les jeunes plants, en privilégiant les manchons de protection à la clôture.

Un entretien régulier au printemps

Les haies exigent un entretien régulier et une conduite adaptée au contexte paysager local. Les arbres et les arbustes sont fortement taillés au cours des premières années. L‘entretien de routine consiste ensuite à contrôler le diamètre des troncs, la largeur et la forme de la haie. La taille se réalise au printemps, lorsque la sève est montante et avant la nidification des oiseaux. Lorsqu’une trouée apparaît dans la haie, celle-ci doit être immédiatement comblée afin d’éviter que le vent s’y engouffre et provoque un tourbillon.

Un projet à long terme avec des incitations financières

La plantation de haies s’étale généralement sur plusieurs années afin de concilier les charges de travail et l’adaptation des pratiques culturales. Souvent compatibles avec les programmes de gestion environnementale mis en place par les Régions, l’implantation de haies peut bénéficier d’incitations financières.

Pour aller plus loin :
Les différents types de haies et leurs atouts
Intérêts et bénéfices des haies pour la parcelle et le territoire

Télécharger le guide Haies : choisir ses essences