France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

3 raisons de choisir les variétés de maïs ensilage Powercell

Maïs
23.08.2019
Vaches laitières à l'extérieur
Les maïs Powercell permettent de nourrir en toute sérénité les vaches été comme hiver avec une production de lait élevée.
 

Des variétés de maïs ensilage pour nourrir les vaches hiver comme été

Le maïs fourrage est de plus en plus consommé toute l’année par les vaches laitières. Et dans les élevages, le silo est quasiment toujours le même pour les rations d’hiver et d’été.
Or, selon une étude réalisée auprès d’éleveurs de Bretagne, des Pays-de-la-Loire, de Normandie et des Hauts-de-France, l’hiver, 73 % des agriculteurs intègrent dans leur ration plus de 13 kg d’ensilage de maïs (dont 22 % entre 17 et 18 kg) alors que l’été 85 % des éleveurs composent la ration des vaches laitières avec moins de 12 kg de maïs. 
 
« Les éleveurs sont ainsi souvent confrontés l’été à un manque d’amidon dans la ration s’ils font le choix de variétés riches en fibres et à l’inverse, l’hiver à une ration trop riche en amidon avec des variétés de maïs qui présentent un taux d’amidon compris entre 35 et 36 % » observe Mickaël Bourcier, expert technique maïs chez Syngenta
 
 Les variétés de la gamme Powercell qui présentent un profil équilibré entre fibres et amidon permettent de répondre aux besoins des vaches laitières à la fois en énergie et en digestibilité avec une teneur en amidon sécurisante pour les fermentations ruminales autour de 32 % en moyenne et une bonne digestibilité des fibres avec une valeur moyenne du dNDF* de 50 %. 
 

Des maïs pour des élevages laitiers performants

Dans les élevages laitiers, les maïs Powercell font la différence :
  • pour des vaches à 8 500 kg de lait par vache et par an, le bénéfice laitier est de 1,5 kg de lait par jour et par vache avec une efficacité alimentaire améliorée (+12 %) par rapport à des variétés à profil « amidon »,
  • pour des vaches hautes productrices à plus de 10 000 kg de lait par vache et par an, les objectifs sont atteints pour la plus grande satisfaction des éleveurs avec 36 kg de lait par jour et par vache et une très bonne efficacité de la ration alimentaire avec un ITL**de 1,40 à 1,45.
 

Des maïs pour des vaches laitières en bonne santé

Les maïs ensilage Powercell sont reconnus par les éleveurs pour leur effet positif sur l’ingestion grâce à une haute digestibilité des fibres par rapport à des variétés à profil « amidon » où l’amidon est la principale source d’énergie. « Les maïs qui ont des teneurs en amidon de plus de 35 % soit plus de 28 % d’amidon dégradable dans le rumen peuvent en effet engendrer des risques d’acidose dans les rations incorporant plus de 15 kg MS de maïs ensilage » observe Mickaël Bourcier. « Pour rester sous le seuil de 20-22 % d’amidon dégradable dans le rumen par rapport à la quantité totale de matière sèche ingérée (ce qui correspond à 22-25 % d’amidon total dans la ration), il faut alors incorporer des fibres sous forme d’herbe ou de paille dans la ration » précise-t-il.

Plus globalement, ces maïs ensilage sont appréciés des éleveurs car ils permettent de produire plus de lait avec la même quantité d’ensilage. Leur cheptel laitier est en bonne santé, un gage de sérénité et de rentabilité.

*dNDF : indicateur qui mesure la digestibilité des fibres 
**ITL : Indice de Transformation Lait, pour mesurer l’efficacité alimentaire d’un fourrage
 
 

Focus
Le maïs, base de la ration des vaches laitières

Le maïs ensilage est la base du système fourrager et de la ration dans la plupart des exploitations laitières. Le grain apporte 50 % de l’énergie et l’autre part est fournie par les contenus cellulaires et les feuilles et les tiges des fibres digestibles. La valeur énergétique d’un ensilage de maïs est mesurée par l’UFL qui est un critère majeur du choix variétal. 

4 types de maïs disponibles pour les élevages laitiers :
  • les maïs plutôt « pauvres en énergie » qui ne permettent pas de couvrir les besoins des vaches laitières avec une production élevée sans complément,
  • les mais fourrages à profil « amidon »  riches en énergie avec des teneurs en amidon à maturité supérieures à 35 % mais avec une digestibilité des fibres mesurée par le dNDF de 46 % en moyenne,
  • les maïs fourrages à profil « fibres » avec une très bonne qualité des fibres (dNDF de 54 % en moyenne) mais une teneur en amidon modérée autour de 30 %. Ces maïs doivent être récoltés entre 30 et 32 % de MS, ce qui est de plus en plus compliqué avec la récurrence des automnes plus chauds.
  • les maïs  à profil « équilibré » dont font partie les maïs  Powercell, qui sont des maïs avec une bonne digestibilité des fibres associée à un taux d’amidon sécurisant.

 

Powercell, 7 variétés disponibles pour tous les éleveurs 

 
*SY Madras existe également en semence répondant aux exigences de l’agriculture biologique