France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Maïs : limiter le phénomène de résistance aux herbicides

Maïs
11.04.2019
Adventices résistants aux herbicides

Faire face au phénomène de résistance, combiné à la présence d’espèces adventices difficiles à détruire, relève du challenge.

Inquiétudes dans la plaine

Jean-Philippe Declercq, agriculteur en Seine-et-Marne (40 ha de maïs grain), rencontre des problèmes d’adventices résistantes sur ses parcelles les plus argileuses, qu’il laboure pourtant tous les quatre ans. « Le stock de graines est plus important, les rotations moins diversifiées. Même des doses importantes d’herbicides n’ont pas d’effet. » Un constat que l’exploitant craint de voir encore s’aggraver à l’avenir : « Avec l’interdiction d’un nombre grandissant de produits, ça pourrait aller très vite. Chez moi, ce sont les graminées les plus concernées. » 

Raphaël Gaujard, maïsiculteur dans l’Eure-et-Loir affirme quant à lui avoir beaucoup de difficultés à détruire les renouées. « C’est simple : les programmes standards ne marchent pas. » Dans les Pyrénées-Atlantiques, Jean-Bernard Camet (80 ha de maïs grain en monoculture) a beaucoup de mal à détruire les sétaires et se trouve confronté à une infestation d’oxalis. « Je pense que les sétaires sont devenues résistantes. L’oxalis est également apparue il y a une dizaine d’années. J’ignore si elle a eu le temps de s’adapter aux nouvelles molécules, mais à l’heure actuelle, aucun produit ne fonctionne. » 

Des leviers chimiques et agronomiques

Une situation à laquelle est confronté l’ensemble du secteur des grandes cultures. Constatés aux États-Unis vers 1970, les premiers phénomènes de résistances aux herbicides apparaissent en France quelques années plus tard sur une vingtaine d’espèces. Fin 2014, 240 espèces étaient classées résistantes à un ou plusieurs modes d’action herbicides dans 66 pays à travers le monde (source : Heap). En cause, des mutations génétiques naturelles mais aussi l’augmentation de la détoxication des herbicides (processus par lequel un organisme inactive les substances toxiques d’origine externe) chez la plante adventice. 

Quelles stratégies adopter ? Du point de vue agronomique : rotations longues et diversifiées, faux-semis, bonne gestion de l’interculture pour diminuer le stock semencier, désherbage mécanique pourront par exemple être mis en place, et un labour tous les quatre ans pour enfouir les graines d’adventices. Côté phytopharmacie, la première règle à adopter est l’alternance des familles chimiques des herbicides utilisés dans la rotation. Il est recommandé aussi d’intervenir sur des stades jeunes des adventices et à la bonne dose, de même qu’associer plusieurs produits avec des modes d’action différents permettra de limiter l’apparition des résistances. Enfin, d’éviter l’utilisation répétée d’une même substance active ou d’un même groupe. 

Jouer sur la diversité des modes d’action

Pour Didier Bruxelle, chef de produit chez Syngenta France, « il faut insister sur l’alternance des familles chimiques dans les cultures de la rotation. C’est fondamental. Certains produits peuvent paraître différents mais ils font appel aux mêmes modes d’action et - exactement comme pour les antibiotiques - au bout d’un moment la flore sélectionne des résistances. C’est pourquoi la bonne connaissance des produits au moment de préparer ses programmes constitue le pilier d’un désherbage réussi et durable. »

 

> Découvrez Calaris, le nouvel herbicide de post-levée de Syngenta, né de l’association de 2 modes d’action différents et complémentaires : 

Calaris*, l’innovation herbicide maïs de post-levée