France

Vous êtes ici

Jachères fleuries et couverts favorisent la biodiversité

Bonnes pratiques
25.06.2020
Biodiversité

En implantant des jachères fleuries et divers couverts, 4 agriculteurs du réseau Pleinécoute expliquent comment ils favorisent la biodiversité.

Semer des couverts pour favoriser les abeilles, les auxiliaires et la faune sauvage

Pour la 4ème année consécutive, 60 agriculteurs du réseau Pleinécoute se sont investis avec l’appui de Syngenta pour mettre en œuvre des pratiques favorables à la biodiversité. Les couverts qui ont été implantés favorisent le développement des abeilles, des auxiliaires mais aussi de la faune sauvage. Plusieurs dispositifs sont expérimentés : le semis d’intercultures labellisés Agrifaune, le semis d’intercultures avant moisson, l’implantation de jachères fleuries et le semis de couverts hivernaux dans les rangs de vigne. « L’implantation de couverts végétaux avec des mélanges d’espèces élaborés est très importante pour le développement de la biodiversité. C’est aussi une piste à explorer pour gérer les zones tampons dans un contexte de mise en place des distances de sécurité riverains » souligne Christopher Sénéchal, responsable national agriculture durable chez Syngenta.  En favorisant le développement des auxiliaires, ces pratiques permettent également de mieux contrôler la recrudescence de certains ravageurs dans les parcelles.

Semer des jachères fleuries pour les abeilles et pollinisateurs

La mise en place de jachères fleuries avec des couverts mellifères permet d’avoir des bandes et /ou parcelles particulièrement attractives pour les abeilles et pollinisateurs qui y trouvent une ressource florale sur une longue période de mars à septembre. Les jachères fleuries sont par ailleurs très importantes pour le développement des auxiliaires qui permettent de réguler les populations de ravageurs.

 


Témoignage

J’ai créé du lien avec mes voisins grâce aux jachères fleuries

Angélique Thion, agricultrice dans le Loiret

J’ai créé du lien avec mes voisins grâce aux jachères fleuries « Depuis 4 ans, j’ai dédié une parcelle de 3 hectares sur mon exploitation pour favoriser la biodiversité. Cette parcelle est située à proximité des ruches d’un voisin apiculteur-amateur. Les fleurs des différentes espèces implantées (phacélie, trèfle incarnat, trèfle violet, trèfle de perse, bourrache, sarrasin ...) se relaient sur la parcelle. Cette floraison étalée tout au long de la saison me permet d’avoir une communication très positive avec mes voisins. Ce couvert favorise par ailleurs la faune sauvage et j’observe de plus en plus de lièvres et de chevreuils dans et aux abords de cette parcelle ».

 


Mettre en place un couvert végétal avant la moisson

Le semis d’intercultures avant la moisson est une technique innovante qui permet d’obtenir des couverts précoces. A une période où la plaine se découvre, ces couverts végétaux apportent le gîte et la nourriture à la faune sauvage. En pratique, ces semis peuvent être réalisés avec des distributeurs d’engrais par exemple en utilisant les passages de pulvérisateur afin de ne pas abîmer la récolte à la veille de la moisson.

 


Témoignage

Un champ de sarrasin magnifique 4 à 5 semaines après la moisson

Jacques Hicter, agriculteur dans l’Aisne

Un champ de sarrasin magnifique 4 à 5 semaines après la moisson« En 2019, j’ai réalisé deux essais de semis de sarrasin (c’est une plante qui lève vite même en conditions sèches) juste avant la moisson, un à la volée sur une petite surface et un avec un semoir centrifuge sur une parcelle de 5 hectares. A peine un mois après le semis, j’avais un champ de sarrasin magnifique avec un couvert végétal très apprécié des petits perdreaux et des oiseaux à une période où la plaine est nue. Par la suite, dès que le sarrasin fleurit, les chevreuils en raffolent. En semant un couvert végétal avant la moisson, on obtient par ailleurs une masse végétale très rapidement et on gagne ainsi un mois d’engrais vert. Pour faciliter l’implantation de ce couvert végétal avant la moisson, en 2020, je vais adapter le semoir centrifuge sur mon pulvérisateur et semer du sarrasin sur 15 hectares ».

 


Implanter des couverts labellisés Agrifaune après la moisson

Les couverts labellisés Agrifaune sont des couverts multi-espèces qui sont favorables au sol, à la faune sauvage ainsi qu’aux pollinisateurs.

 


Témoignage

Accompagner le développement de la faune sauvage et de la biodiversité sur le territoire

Rémi Leroy, agriculteur dans la Somme 

Accompagner le développement de la faune sauvage et de la biodiversité sur le territoire « Pour mon exploitation, l’implantation de couverts végétaux labellisés Agrifaune a deux objectifs : une visée agronomique dans la mesure où je ne laboure plus mes parcelles depuis 15 ans et la volonté d’accompagner le développement de la faune sauvage et de la biodiversité sur notre territoire. J’ai implanté deux mélanges : un à base de moutarde, vesce, avoine et phacélie, espèces reconnues pour leurs bénéfices pour canaliser l’azote, structurer le sol et assurer un couvert pour le gibier et un autre avec des bandes fleuries à base de trèfle, phacélie, sainfoin, sarrasin, des plantes qui ont un effet très positif sur le gibier et les pollinisateurs. Ces bandes fleuries sont implantées en bordures de parcelle ou pour couper des parcelles. J’ai pu observer que les espèces qui composent les bandes fleuries sont très appréciées des faisans et perdrix qui y trouvent refuge. Cet engagement en faveur de la biodiversité est un véritable plaisir car cela nous permet de retourner aux sources de notre métier, de contempler et appréhender différemment la faune et la flore de nos plaines. 

 


Semer des couverts végétaux après la récolte dans les vignes

Le semis de couverts végétaux entre les rangs de vigne permet à la fois de protéger le sol pendant la période hivernale et de favoriser la biodiversité sans risque de concurrence pour la vigne.

 


Témoignage

Protéger le sol et favoriser la biodiversité

Joffrey Desgrousilliers, vigneron dans le Saumurois

Protéger le sol et favoriser la biodiversité« Après les vendanges, nous avons semé un rang sur deux, un couvert végétal composé de céréales de légumineuses et de plantes mellifères, l’autre rang étant implanté avec un couvert permanent type ray-grass italien. Le couvert multi-espèces est détruit en cas de risque de gel, l’objectif étant de le conduire à épiaison afin qu’il soit roulé et constitue ainsi un paillage protecteur. Ce couvert permet de protéger le sol, limite l’érosion, améliore la portance, apporte de la matière organique, favorise la biodiversité (en particulier les abeilles) et limite le développement de mauvaises herbes et le recours aux herbicides ».

 


En savoir plus
> Bien choisir son couvert végétal