France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

4 raisons de choisir les maïs Powergrain au nord de la Loire

Maïs
23.08.2019
Champ de maïs du label Powergrain
Avec une récolte précoce et des rendements élevés, les maïs grains Powergrain offrent aux agriculteurs sérénité et rentabilité.
 

Un précédent très rentable à intégrer dans la rotation

Les hybrides Powergrain assurent un rendement équivalent à des variétés plus tardives avec de la précocité et répondent ainsi aux attentes des producteurs du nord de la Loire qui souhaitent intégrer le maïs dans leur rotation.  La génétique de ces hybrides permet d’accroître la rentabilité du maïs grain et son intérêt dans l’assolement par rapport à d’autres cultures confrontées à des difficultés économiques comme la betterave ou à des problématiques plus techniques comme le colza face à la gestion des insectes. 
 
« Le maïs est reconnu comme un très bon précédent avec des bénéfices dans la rotation sur la gestion des adventices et des graminées en particulier », observe Mickaël Bourcier, expert technique maïs France Syngenta, « la productivité et la rentabilité des maïs Powergrain en font un excellent choix sur le plan économique. Le potentiel des terres et la climatologie des zones de production au Nord de la Loire ne sont d’ailleurs pas des facteurs limitants et permettent d’atteindre des rendements très largement supérieurs à 100 quintaux par hectare. »
 
 

Gamme
Quatre hybrides de maïs grain qui ont fait leurs preuves

SY Telias (indice 250-270) est une des trois variétés de maïs les plus cultivées dans le segment des variétés précoces. Elle se distingue par sa régularité dans les performances.
SY Calo (indice 240-260) a été classée 1ère dans le groupe des variétés très précoces (Arvalis 2018). C’est en fait une variété qui offre des performances supérieures ou égales à des variétés plus tardives du groupe précoce.
SY Impulse (indice 270-290) est une des variétés les plus productives dans le groupe des précoces. En 2018, elle était classée par Arvalis numéro 1 dans la zone Bretagne / Normandie / Ouest, numéro 2 dans la zone Nord / Nord-est et numéro 7 dans la zone Centre / Bassin Parisien. 
SY Fregat (indice 260-280) est la toute dernière de la gamme Powergrain. C’est une variété très productive avec des résultats très prometteurs : sur 17 essais Syngenta (2017-2018), elle offre un gain de rendement de + 7 q/ha par rapport aux références du marché soit un bonus économique de 80 euros/ha (frais de séchage déduits) sur la base d’un cours du maïs à 15 euros/q.


Une implantation plus rapide 

Les maïs Powergrain offrent un développement rapide de la masse foliaire utile. Des essais réalisés par Syngenta comparant des variétés de maïs cornés dentés régulièrement implantées au Nord de la Loire et des maïs Powergain montrent que ces hybrides ont un indice foliaire supérieur de 9 % en moyenne, voire même + 12 % pour certaines variétés. L’indice foliaire permet de calculer l’intégralité des surfaces de feuilles de la plante sur la surface de sol que couvre cette plante.
 
Cette implantation rapide des variétés de maïs Powergrain est un gage de sérénité dans les régions septentrionales avec des parcelles froides et parfois des difficultés d’implantation. « Les agriculteurs peuvent ainsi envisager de semer tôt afin que le maïs exprime tout son potentiel » remarque Mickaël Bourcier.
 

Plus 2 rangs par épi avec les variétés Powergrain

Le nombre de rangs par épi est une composante majeure du rendement observée au stade 50 % des feuilles visibles. « Une programmation de plus de rangs par épi, c’est autant d’ovules qui pourront être fécondés » explique Mickaël Bourcier, « c’est ce que permet la source génétique utilisée dans la création des variétés Powergrain avec le recours à des lignées dentées utilisées dans la création d’hybrides à destination du sud de l’Europe. Ces hybrides sont très productifs avec un grand nombre de rangs installés ».
 
Ainsi, le nombre de rangs par épi des hybrides Powergrain se situe à 16 contre 14 pour les cornés dentés
 
« Pouvoir s’assurer, avec ces hybrides, d’un nombre de rangs par épi important précocement, avant la floraison, est un atout très important qui permet de s’affranchir en partie du nombre de grain par rang, une autre composante du rendement plus dépendante des conditions climatiques autour de la floraison » précise l’expert.
 

Une récolte plus précoce avec 5 jours d’avance 

Face à une variété plus tardive, la récolte des variétés de maïs Powergrain s’effectue 5 jours plus tôt grâce à une vitesse de remplissage des grains accélérée. Pour ces hybrides, 87 jours en moyenne sont nécessaires pour atteindre la maturité physiologique contre 92 jours pour les hybrides corné-denté. 
 
Cette possibilité de récolter plus tôt est très appréciée des agriculteurs dans les régions septentrionales où l’objectif est d’atteindre la maturité physiologique le plus rapidement possible pour récolter les maïs grain afin de semer la culture suivante dans de bonnes conditions. Cette récolte plus précoce affranchit par ailleurs les céréaliers de l’impact des conditions automnales (pluie, gel).
 
 Une enquête réalisée auprès de 50 maïsiculteurs des régions Bretagne, Normandie, Hauts-de-France, Ile-de-France et Grand Est confirme que cette date de récolte des maïs est une préoccupation majeure : 60 % des agriculteurs interrogés visent une humidité proche de la maturité physiologique et 20 % ont des difficultés à l’atteindre. La plage de récolte optimale visée se situe majoritairement entre le 15 octobre et le 1er novembre.
 
« La date de récolte est effectivement le premier critère de choix des variétés de maïs grain pour les agriculteurs du Nord de la Loire » rappelle Charles Fontaine, responsable semences de maïs dans les Hauts de France chez Syngenta « 75 % d’entre eux sèment du blé tendre après leur maïs, il est essentiel pour eux de le semer tôt et dans de bonnes conditions ».
 

Repère
C’est quoi la maturité physiologique ?

La maturité physiologique se situe entre 32 et 35 % d’humidité du grain. A ce stade, le poids des grains est à sa valeur maximale et le rendement est établi. La présence du point noir à la base du grain marque l’arrêt des transferts d’assimilats.