France

Vous êtes ici

Viticulture : atouts des installations individuelles

Bonnes pratiques
30.11.2020

Simplicité, facilité d’installation et d’entretien, capacité adaptée au site, gestion facilitée du cuivre, des professionnels de la viticulture nous donnent leur avis sur Héliosec.  

Un système adapté, notamment pour les vignerons en démarche HVE ou bio

Benoît Bazerolle, conseiller à la chambre d’agriculture de Côte-d’Or (21)

« Héliosec est un dispositif particulièrement adapté pour le traitement des effluents phytosanitaires au sein des exploitations viticoles de notre vignoble. En effet de plus en plus de vignerons s’engagent dans des démarches HVE (20% estimé à fin 2020) ou des certifications bio (20%), ce qui a pour conséquence un usage accru de spécialités de contact du type cuivre, dont les effluents sont bien gérés avec Héliosec. En effet, le procédé de déshydratation d’Héliosec qui conduit à des résidus secs, évite un épandage éventuel dans des parcelles que d’autres procédés de traitements d’effluents phytosanitaires nécessitent. Par ailleurs, ce système peut être mis en place par le viticulteur lui-même et l’entretien se limite au changement de la bâche avec un coût limité de l’ordre d’une centaine d’euros. Nous conseillons plutôt les modèles les plus grands (6m2) car cela correspond à 8 à 10 lavages par saison sur la base de 300 à 400 litres d’effluents par lavage. Certains programmes de financement permettent encore de prendre en charge une partie des coûts d’installations des aires. En Côte-d’Or, ce sont environ 20% des viticulteurs qui disposent aujourd’hui de systèmes individuels pour traiter leurs effluents phytosanitaires. »

Un espace limité pour traiter les effluents phytosanitaires

Raphaël Dubois, vigneron en Bourgogne, Domaine Dubois (21)

« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres mais nous l’empruntons à nos enfants ». J’aime beaucoup cette phrase d’Antoine de St Exupéry qui résume ma philosophie de vigneron citoyen responsable. La gestion des effluents phytosanitaires est à ce titre depuis longtemps une priorité sur notre domaine qui a été certifié HVE en mai 2019 et est aujourd’hui en conversion bio. Dès 2014, nous avons dimensionné une aire de lavage de 200m2 pour permettre l’accueil de nos 3 pulvérisateurs et du procédé Héliosec (6m2) pour le traitement des effluents. Nous avons fait ce choix car, sur un espace limité, cela nous permettait de traiter deux tiers du volume des effluents phytosanitaires (l’autre tiers est géré par un accord avec Véolia). Le système est simple à mettre en place, facile à gérer et ne nécessite pas d’entretien particulier. »

Gérer les effluents phytosanitaires sur 2 sites de production

Estelle Bernard, vigneronne dans les Côtes du Rhône, Château Beauchêne (84)

« Notre propriété viticole est répartie sur 2 sites de production, au sud et au nord d’Orange. Le système Héliosec nous permet depuis 4 campagnes de nous adapter aux volumes d’effluents phytosanitaires à traiter : nous avons ainsi un Héliosec de 6 m2 pour le site le plus étendu (50 hectares) et un de 4m2 pour l’autre site d’exploitation (40 hectares). Le procédé Héliosec correspond par ailleurs à nos engagements car c’est un procédé naturel (déshydratation) et les résidus secs sont récupérés et traités dans un circuit spécialisé. Il est facile d’utilisation et ne nécessite pas de surveillance particulière. Cet investissement nous a permis d’accéder à la certification HVE en décembre 2018. »