France

Vous êtes ici

Distinguer les insectes volants

Bonnes pratiques
02.09.2016
Abeille butinant une fleur

Abeille, guêpe, bourdon… les confusions existent entre ces insectes pourtant bien différents. Apprenez à les connaitre.

L’abeille domestique

Abeille domestiqueL’allure générale de son corps est similaire à celui de la guêpe, mais sa couleur est différente. Son corps est brun ou noir, avec des segments de couleur plus claire selon les races d'abeille. La plus commune en France est l’abeille noire (Apis mellifera mellifera). D’autres races sont présentes en Europe caucasienne (Apis mellifera caucasica), carnolienne (Apis mellifera carnica) ou italienne (Apis mellifera ligustica). De nombreux croisements de ces races existent en France et l’abeille noire de race pure n’existe plus qu’à Ouessant où un conservatoire a été installé.

Différencier colonie et ruche

Une « colonie » désigne l’ensemble des abeilles d’un essaim. Elle est constituée d’une reine, de mâles (faux bourdons) et d’abeilles ouvrières. La ruche est la « boîte » qui contient une colonie. Il existe plusieurs modèles de ruches en France, mais le modèle le plus courant est la ruche Dadant 10 cadres. La population d’une colonie varie entre 5000 et 60000 abeilles selon la saison. Une colonie compte moins d’individus en hiver et atteint son maximum en été.

Le rôle des butineuses

Les abeilles butineuses ont pour tâche d’approvisionner la colonie en nectar et pollen (sources respectives de sucre et de protéines). Une colonie a besoin d’environ 100 kg de sucre et d’eau (nectar et eau) et de 30 à 50 kg de pollen (protéines) par an. Les butineuses visitent à un moment donné majoritairement les fleurs d’une même ressource mais pour un bon développement de la colonie, il est préférable de varier les origines alimentaires. Pour s’informer des lieux de butinage, de leur importance et de leur localisation, les abeilles utilisent un mode de communication étonnant : la danse des abeilles décrite par le prix Nobel de médecine K. von Frisch.

Ne pas confondre avec l’abeille sauvage

Près de 2000 espèces d’abeilles sauvages sont recensées en Europe. Leur mode de vie est plus solitaire. Les plus petites ne dépassent pas 4 millimètres, la plus grande atteint 25 millimètres. Ces abeilles se nourrissent aussi de nectar et de pollen.

Le bourdon

BourdonEn France, on compte 34 espèces de bourdons. Les bourdons sont, à tort, souvent confondus avec les mâles des abeilles domestiques. Mais les bourdons comptent aussi dans leurs rangs des reines (fondatrices), des ouvrières et des mâles. Le bourdon est trapu et velu, avec des segments de couleurs variables selon le sexe et l’espèce : jaune, blanc, rouge, noir, marron...

Un cycle saisonnier

Au printemps, les reines, fécondées sortent de leur site d’hivernage, rejoignent une cavité (souvent dans le sol) pour former une nouvelle colonie. La colonie se développe ensuite au fur et à mesure des naissances des ouvrières. Une colonie peut compter entre 100 et 200 individus. Pour se développer, une colonie de bourdons a besoin de nectar floral, de pollen et d’un habitat adapté pour installer son nid.

Le rôle de la reine

La reine joue le rôle de bâtisseuse, de butineuse et de nourrice jusqu’à ce que le premier couvain ait atteint l’âge adulte. Ensuite, elle se concentre sur la ponte, les ouvrières prenant en charge les autres tâches. 

La guêpe

GuêpeLe terme de « guêpe » recouvre de nombreux insectes différents (9000 espèces dans le monde). Ces insectes sont élancés, peu poilus contrairement à l’abeille domestique. Leur corps peut être jaune rayé de noir mais il peut être aussi noir ou bleu métallique. Les guêpes sont essentiellement carnivores et alimentent leurs larves avec des produits carnés. Pour cela, elles chassent d’autres insectes qu’elles découpent en morceaux. Les adultes se nourrissent de sucre provenant souvent de fruits en décomposition.

Guêpes solitaires, guêpes sociales

Les guêpes solitaires adultes vivent seules et ne construisent généralement pas de nid. Toutes les guêpes solitaires adultes sont fertiles. Au contraire, les guêpes sociales vivent dans des colonies pouvant atteindre plusieurs milliers d’individus et construisent des nids. Dans certains cas, seuls quelques individus peuvent se reproduire. Chez certaines espèces, seuls la reine et les mâles sont fertiles, le reste de la colonie étant constitué d’ouvrières stériles.

Le frelon

FrelonLes frelons font partie des guêpes sociales. Le frelon européen est le plus gros des insectes sociaux européens. La reine mesure de 25 à 50 mm de long, les mâles et les ouvrières sont de plus petite taille. Le frelon fait partie du groupe des guêpes : il partage avec elles le même régime alimentaire. Il se nourrit de sucre sur les fruits blessés et de protéines sur de nombreuses espèces d’insectes. Comme tous les hyménoptères (abeilles, bourdons, guêpes), les frelons femelles piquent si elles sont agressées. En revanche les mâles ne piquent pas.

Gare au frelon asiatique

Contrairement au frelon européen avec lequel les abeilles domestiques européennes cohabitent, le frelon asiatique, récemment introduit en France (2004), est un ennemi nouveau pour les abeilles. Depuis son introduction, le frelon asiatique a colonisé l’ensemble du territoire métropolitain. Pour cette raison, il est classé dans la liste des dangers sanitaires de deuxième catégorie pour l'abeille domestique sur tout le territoire français.
> En savoir plus sur les causes de la mortalité des abeilles.