Vous êtes ici

Share page with AddThis

Biodiversité et productivité en vigne, un duo compatible

Bonnes pratiques
06.05.2016
Exemple de biodiversité en vigne

Au-delà du choix et d’une utilisation responsable des produits phytosanitaires, des pratiques visent à préserver la biodiversité en vigne.

La productivité des vignes est compatible avec une biodiversité préservée. Pour défendre ce message et l’objectiver, Syngenta a fait inventorier la flore, les populations d’oiseaux et celles d’insectes auxiliaires sur trois vignobles. Exerçant dans le Bordelais, en Champagne et dans le Gard, les viticulteurs chez qui ces inventaires ont été menés raisonnent leur protection insecticide avec une gamme de produits conventionnels.

Offrir le gîte et le couvert aux espèces

Les résultats montrent une remarquable biodiversité : jusqu’à 420 plantes par exploitation, soit 8 % des espèces herbacées présentes en France, et 70 espèces d’oiseaux, soit 12 % de l’avifaune recensée dans l’Hexagone. La représentation des arthropodes auxiliaires de la culture de vignes est encore meilleure, oscillant entre 60 et 70 % des espèces d’arthropodes identifiées sur le territoire de chacun des vignobles. Ce résultat montre l’importance de l’entomofaune utile dans un vignoble et le nécessaire besoin de préserver ce potentiel de régulation.

Pour obtenir de tels résultats, les exploitants sont partis d’un constat évident : toute espèce, animale ou végétale, s’épanouit plus facilement quand on lui offre le gîte et le couvert. Ils ont opté pour des aménagements simples : haies viticoles, espaces fleuris en bord de parcelles, enherbement et gestion de l’inter-rang…  Autant de lieux où s’alimenter, passer l’hiver ou se reproduire.

Combiner des aménagements pérennes avec une utilisation responsable des produits

Ces aménagements nécessitent un entretien adapté. Les haies, par exemple, ne doivent pas excéder les vignes en hauteur, pour éviter de leur faire de l’ombre. Les éventuelles fleurs de l’enherbement inter-rang doivent être broyées avant les traitements insecticides, afin d’éviter la présence de pollinisateurs au moment de la pulvérisation. Cette gestion porte ses fruits au niveau de la biodiversité. Les espèces auxiliaires peuvent apporter leurs services à la vigne : régulation des bioagresseurs, vie des sols... 

Des choix pérennes sur lesquels adosser une utilisation responsable des produits insecticides employés contre les ravageurs de la vigne : respect des conditions d’utilisation, application au bon moment, ou encore limitation des phénomènes de dérives.

Consultez nos brochures :