France

Vous êtes ici

Aménager pour prévenir ruissellement et infiltration

Bonnes pratiques
20.10.2021
Aménager pour prévenir ruissellement et infiltration

Découvrez les solutions qui existent à l’échelle du territoire ou de la parcelle pour prévenir le ruissellement.

Infiltration et ruissellement sont les deux principales causes de contaminations diffuses des eaux souterraines et eaux de surface par les produits phytosanitaires. Elles peuvent coexister. Des solutions existent pour en limiter l’impact comme l’aménagement du territoire ou de la parcelle ainsi que la modification des pratiques culturales.

Aménager le territoire  

Positionnement possible des aménagements - Source TOPPS-prowadis, 2016)

  1. Zone tampon intra-parcellaire
  2. Zone tampon en bordure de parcelle protégeant une route
  3. Zone tampon dans l'angle inférieur d'un champ où l'eau se concentre
  4. Talweg enherbé pour réduire l'écoulement de l'eau
  5. Grande zone tampon (prairie) utilisée pour intercepter/disperser et faire infiltrer l'eau issue du talweg
  6. Bande tampon enherbée entre le champ et un point d'eau de surface pour intercepter le ruissellement

Aménager et adapter ses pratiques culturales à la parcelle en fonction de l’enjeu eau

  • Faible :
    • Pratiques culturales
      • Vérifier la pression des pneus pour réduire la formation d’ornières.
      • Casser si nécessaire la croûte de battance.
      • Éviter de travailler le sol quand il est trop mouillé
      • Décompacter : sous-soler si nécessaire
      • Apporter de la matière organique
      • Implanter des cultures intermédiaires (couverture du sol)
    • Aménagements
      • Maintenir en bon état la zone tampon végétalisée (largeur, densité, homogénéité).
      • Respecter les ZNT (Zone non traitée) et DVP (dispositif végétalisé permanent).
      • Aménager les aires d’accès aux parcelles.
      • Créer/entretenir les zones boisées.
      • Créer, si possible, une bande enherbée de 1m minimum le long des fossés circulants.
      • Préserver les végétaux et arbustes le long des cours d’eau.
  • Moyen :
    • Pratiques culturales complémentaires
      • Réduire l’intensité du travail du sol (TCS)/passer en non labour si possible.
      • Créer des digues intra-parcellaires.
      • Travailler en oblique ou perpendiculairement à la pente.
      • Préparer un lit de semence moins fin.
      • Assurer la couverture du sol en interculture avec les résidus du précédent ou semer des cultures intermédiaires efficaces.
    • Aménagements complémentaires
      • Agrandir les tournières.
      • Implanter des zones tampons en bordure de parcelle (jusqu’à 10 m si pente > 3 %).
      • Aménager les passages de roues.
  • Fort :
    • Pratiques culturales complémentaires
      • Utiliser des effaceurs de roues.
      • Faire des mini barrages dans l’inter-rang si possible.
      • Pratiquer le désherbage sur le rang si possible.
      • Pratiquer la culture en bandes.
    • Aménagements complémentaires
      • Créer des talus et des haies.
      • Réduire la longueur de la parcelle au moyen d’une zone tampon intra-parcellaire.
      • Créer des zones tampons dans le talweg.
      • Retravailler la largeur, densité et homogénéité de la bande tampon
      • Envisager de créer une ripisylve (formations boisées, buissonnantes et herbacées présentes sur les rives d’un cours d’eau, d’une rivière...).

Pour aller plus loin :
Télécharger la brochure TOPPS-PROWADIS « Bonnes pratiques agricoles pour réduire la pollution de l’eau par les produits phytosanitaires par ruissellement et érosion »