France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Zeuzère

Zeuzère
Zeuzera pyrina L.

Ravageurs

La zeuzère est un insecte xylophage présent dans toute l’Europe. Elle est considérée comme un ravageur important des arbres fruitiers tels que le pommier, le poirier, le prunier, le cerisier, le cassissier, le cognassier...

Cycle de développement

Cycle de 1 an dans les régions méridionales de la France (pour la majorité des individus) et 2 ans dans les régions septentrionales.

Les adultes sortent de début juin à août et volent de nuit. Leur durée de vie est limitée, de l’ordre de 8 à 10 jours et ils ne s’alimentent pas. Les femelles s’accouplent rapidement et peuvent pondre plus de 1 000 œufs. Les œufs sont déposés en groupe sur les arbres, de préférence dans les fentes ou les crevasses de l’écorce ou occasionnellement dans le sol. La durée d’incubation est de 1 à 3 semaines. Il n’y a pas d’éclosion au dessous de 16°C.

Les jeunes chenilles tissent un nid soyeux, d’où elles ne sortiront que lorsque la température, l’humidité et l’éclairement seront favorables. Elles gagnent ensuite l’extrémité des rameaux et des pousses, où elles pénètrent. Elle s’attaque d’abord aux extrémités des jeunes pousses dont elle provoque le dessèchement. Au cours de leur développement, elles creusent des galeries dans les branches ou les troncs. Cette phase est dite « phase mineuse ».
Les chenilles peuvent être transportées par le vent accrochées à un fil de soie qu’elles sécrètent. Ce mode de contamination est souvent prédominant.

L’activité des larves s’arrête durant l’hiver et elles hivernent au stade larvaire dans les galeries forées dans les branches et le tronc. Les larves reprennent leur activité au printemps et se nymphosent d’avril à juillet. La nymphose a lieu dans un cocon léger, de particules de bois, dans la galerie d’alimentation.

Galerie forée par une larve de zeuzère

Dégâts

Ce ravageur est particulièrement présent dans les régions méridionales telles que la Provence, le Languedoc-Roussillon ou la vallée du Rhône. Il est l’un des ravageurs les plus importants.
Les indices de la présence de chenilles sont l’accumulation de petits tas de sciure et d’excréments qui sont rejetés par les trous d’entrée. Ces symptômes indiquent que les dégâts sont déjà forts avancés.

Dégâts de zeuzère
La gravité des attaques varie selon l’âge des plantations :
- Jeunes arbres : une seule chenille peut tuer un arbre. Sous l’action du vent, les branches cassent dû à leur desséchement,
- Arbres vigoureux : ils résistent mieux aux attaques,
- Arbres âgés : ils peuvent être attaqués gravement, particulièrement en année et terrains secs.
Les arbres attaqués par la zeuzère sont affaiblis et plus fréquemment atteints par d’autres ravageurs. Les anciennes galeries des larves servent ainsi de refuge au puceron lanigère qui échappe aux traitements.

Mesures prophylactiques

La lutte contre la zeuzère est basée sur la destruction des chenilles au cours de leur phase mineuse de mi-juin à fin aout.
La lutte se base avant tout sur l’observation et les seuils d’intervention :
- Du 15 juin au 20 août : observation toutes les 2 semaines.
Observer 50 arbres par parcelle (flétrissements des pousses). Le seuil d’intervention est de 5 % des arbres attaqués.
- En septembre-octobre :
Evaluer le niveau d’attaque en repérant sur 50 arbres les glomérules à l’aplomb des charpentières et du tronc. Le seuil est de 5 % des arbres attaqués.

L’intervention aura lieu après le dépassement des seuils. Sur les jeunes vergers, une surveillance accrue s’impose. Si la présence de zeuzère est constatée, une lutte rigoureuse est indispensable.
Il faut utiliser des insecticides de contact sur les jeunes chenilles dès l’éclosion. La lutte doit être raisonnée avec celle du carpocapse.
Il est recommandé d’utiliser des produits qui agissent sur les larves présentes depuis deux à trois semaines dans le végétal (phase mineuse). Suivant les dégâts observés à l’automne, il faudra envisager la lutte chimique pour l’année suivante.

Il existe des ennemis naturels de la zeuzère (fourmis, oiseaux et certains hyménoptères) mais ils ont peu d’efficacité dans le contrôle du ravageur.