France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Taupins

Taupins
Agriotes ou Athous

Ravageurs

En France, on dénombre 53 genres de taupins, dont 14 Agriotes et 39 Athous.
Parmi les Agriotes, on distingue plusieurs espèces, principalement Agriotes sordidus, Agriotes sputator, Agriotes lineatus.
Actuellement, Agriotes sordidus domine toute la région sud de la France.

Cycle de développement

La larve de taupin est très polyphage et se développe aux dépens des racines de cultures très variées (toutes cultures pour le genre Agriotes, céréales d'hiver pour le genre Athous).
Dans les régions plus sèches, les prairies naturelles constituent un milieu idéal pour la ponte.
Dans les régions de culture intensive, les légumineuses fourragères sont pratiquement les seules cultures dans lesquelles les larves peuvent commencer leur développement.

A l'issue de la nymphose, l'adulte hiverne dans le sol ; il apparaît au printemps, vole seulement la nuit et marche activement. Il mange les feuilles des plantes sauvages ou cultivées les plus variées.
Le mâle meurt peu après l'accouplement ; la femelle meurt à la fin de l'été.
Les oeufs sont déposés à une profondeur de 20 à 60 mm, isolément ou par groupes de 3 à 12, de préférence dans des terrains humides ou frais ; ils se développent en 25 à 60 jours selon le lieu de ponte (fécondité de 150 à 200 oeufs).
La larve très sensible à la sécheresse se déplace verticalement dans le sol selon l'humidité, la température du sol et la saison.
Elle creuse des galeries et attaque les parties enterrées des plantes, avec des arrêts d'activité en été et en hiver.
L'évolution larvaire demande 4 années et la larve mue 8 fois.
Au mois de mai de la 5e année dedéveloppement, la larve se nymphose.
Les adultes sont formés en été et restent en diapause jusqu'au mois de mars de l'année suivante. Ils pondent fin mai-début juin.

Dégâts

De très nombreuses cultures peuvent être concernées par des attaques précoces et tardives.

Sur blé tendre d'hiver : la larve pénètre à la base de la plantule, détruit le bourgeon, ce qui entraîne le jaunissement de la feuille centrale et la mort de la plante.
Les attaques de taupins sur céréales peuvent provoquer des dommages allant de la disparition de quelques pieds jusqu'au retournement de la parcelle. Elles peuvent aussi diminuer la vigueur de la culture par un affaiblissement de son système racinaire et provoquer des pertes de rendement importantes.

Sur betteraves : les racines sont sectionnées par les larves, entraînant une destruction de la plante.

Sur maïs : les dégâts représentent généralement quelques plages de destruction, parfois, ils peuvent atteindre la destruction quasi totale de la parcelle.
Les taupins passent 80 % de leur cycle à l'état larvaire enfouis dans le sol : on peut trouver dans le même terrain des larves de tous âges mesurant de 2 à 25 mm.
Attirées par les plantes, les larves se déplacent dans le sol, perforent ou rongent la partie enterrée des plantules. Elles creusent parfois des galeries provoquant des dégâts d'intensité variable.

Sur pommes de terre : le taupin creuse des galeries pouvant rendre les lots de pommes de terre de consommation incommercialisables.

Sur tabac : Le plus souvent, des plants de tabac flétrissent et la base de leur tige est rongée intérieurement. La pénétration s'effectue par la partie souterraine et on trouve une larve de taupins cylindrique de 5 à 20 mm de long, de couleur jaune paille brillant, dans la partie attaquée ou à proximité dans le sol.
Les plants dessèchent rapidement et meurent. Dans certains cas, les larves des taupins sectionnent les racines des plants. Les jeunes plants jaunissent, se dessèchent progressivement et peuvent mourir.
Les plants plus âgés ont une croissance réduite et peuvent rester chétifs.
Les pertes de rendement sont importantes.

Mesures prophylactiques

Sur blé, orge, maïs, betteraves, tournesol :
Lutte préventive uniquement.
- Prévision des taupins par piègeage et par sondage (prélèvement de terre).
- Protection des semences : les traitements de semences des céréales et betteraves permettent, comme le traitement dans le rang, de protéger la culture en cours.
- Traitement du sol : seuls les traitements de sol en plein avec une incorporation homogène permettent de gérer les grosses infestations.
Des traitements en localisé (micro granulé) dans le rang permettent de lutter contre ce ravageur dans les cultures de betterave, maïs, tournesol et pommes de terre.
- Précédents : éviter les cultures sur les parcelles à risque très élevé (ancienne prairie, jachère, luzerne).

Sur pommes de terre :
Lutte préventive uniquement.
Cette lutte se raisonne au sein de la rotation.
- Prévision des taupins par piègeage et par sondage (prélèvement de terre) : évaluation du risque pour décider ou non du traitement.
- Traitement du sol : seuls les traitements de sol en plein avec une incorporation homogène permettent de gérer les grosses infestations.
- Précédents : éviter les cultures sur des parcelles à risque très élevé (ancienne prairie, jachère, luzerne).

Sur tabac :
Lutte préventive uniquement.
Dans la moitié Sud de la France, cette lutte préventive est plus difficile à cause de la présence d'Agriotus sordidus dont le cycle de développement plus court (18 à 24 mois ) est encore mal connu.
- Prévision des taupins par piègeage et par sondage ( prélèvement de terre )
- Traitement du sol : seuls les traitements de sol en plein avec incorporation homogène permettent de gérer les grosses infestations de taupins.
Les traitements en localisé (micro granulé) dans le rang à la plantation permettent de lutter contre de faibles infestations. En revanche, ils peuvent causer des problèmes de reprise.
- Précédents : éviter les cultures sur les parcelles à risque très élevé (ancienne prairie, jachère, luzerne ou trèfle ).