France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Sclérotiniose du tabac

Sclérotiniose du tabac
Sclerotinia sclerotiorum

Maladies

Une pourriture molle apparaît sur la tige et les pétioles avec généralement un feutrage cotonneux blanchâtre, très typique de cette maladie ; le feuillage flétrit rapidement .
On observe ensuite la présence de sclérotes blanches puis noires à l'intérieur de la tige.

Ce champignon peut causer aussi une pourriture molle au niveau du collet ou de la base de la tige lorsque les sclérotes se trouvent en contact direct avec les racines.

L'extension rapide du mycélium entraîne la mort de tout ou partie du pied de tabac.

Cycle de développement

Sclerotinia sclerotiorum se développe sur de très nombreuses cultures ; il est signalé sur plus de 400 plantes différentes, cultivées ou adventices.
Son caractère très polyphage facilite largement sa multiplication et dissémination.
Il infecte de très nombreuses cultures légumières entrant en rotation du tabac (carottes, céleris, haricots, choux…ainsi que toutes les légumineuses et crucifères). Seules les plantes monocotylédones ne sont pas touchées.

Le champignon se conserve dans le sol sous forme de sclérotes et peut s’y maintenir 8 à 10 ans : le champignon est ainsi inféodé à la parcelle.

La dissémination s’effectue au cours des opérations culturales par l’intermédiaire des sclérotes ou par les ascospores transportées par les courants d’air. Les ascospores sont produites par les apothécies générées sur les sclérotes (phase séxuée).

Le champignon pénètre aisément les tissus sénescents ou morts, puis progresse dans les tissus sains.

Si l’humidité ambiante le permet, Sclerotinia sclerotiorum produit sur les tissus altérés un mycélium blanc et des sclérotes (phase asexuée). La taille de ces derniers est très voisine de celle d’un grain de flageolet (2 à 20 mm de long).
Il peut y avoir une production de plus de 50 sclérotes par plante infectée.

Facteurs favorables

Les cultures à végétation abondante et celles effectuées dans des champs ayant reçu ces dernières années une ou des cultures sensibles à la sclérotiniose (tournesol, colza, pois, trèfle, luzerne, haricot, cultures légumières...) sont particulièrement exposées.
Des températures comprises entre 15 et 25°C et une forte hygrométrie sont nécessaires au développement de la maladie.
L’écimage du tabac en favorise l’apparition.

Dégâts

La sclerotiniose peut attaquer le tabac de la levée à la récolte mais elle se manifeste en général tardivement.
Cette maladie réduit le rendement et déprécie la qualité des feuilles de tabac.
Elle peut continuer à évoluer pendant le séchage des tabac bruns et Burley.

Mesures prophylactiques

- Eviter les rotations trop fréquentes en oléo-protéagineux, carottes, haricots, pois de conserve, légumineuses, salades, … et introduire des céréales dans la rotation,

- Eviter certains couverts ou engrais verts (moutarde, phacelie, légumineuses),

- Raisonner la fertilisation et l’irrigation pour éviter un excès de végétation,

- Surveiller particulièrement la culture après l’écimage.