France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Sclérotiniose du pois de conserve

Sclérotiniose du pois de conserve
Sclerotinia sclerotiorum

Maladies

La sclérotiniose apparaît généralement à partir de la floraison sous la forme de taches humides et irrégulières sur toutes les parties de la plante, notamment sur les tiges.
Un mycélium blanc et cotonneux se développe.

A ce stade, la plante est bien souvent détruite.
Des sclérotes de forme irrégulière, blancs puis noirs, apparaissent ensuite sur les parties malades des plantes (à l'intérieur des tiges et des gousses).

Cycle de développement

Sclerotinia sclerotiorum se développe sur de très nombreuses cultures : il est signalé sur plus de 400 plantes différentes, cultivées ou adventices.
Son caractère très polyphage facilite largement sa multiplication et dissémination.
Seules les plantes monocotylédones ne sont pas touchées.

Des sclérotes assurent sa conservation dans le sol et peuvent s’y maintenir 8 à 10 ans ; le champignon est ainsi inféodé à la parcelle.

Ce champignon est disséminé par l’intermédiaire de ses sclérotes au cours des opérations culturales. Il peut l’être également par ses ascospores transportées par les courants d’air.
Ces ascospores sont produites par les apothécies générées sur les sclérotes (phase sexuée).

Il pénètre aisément les tissus sénescents ou morts puis progresse dans les tissus sains.

Si l’humidité ambiante le permet, Sclerotinia sclerotiorum produit sur les tissus altérés un mycélium blanc et des sclérotes (phase asexuée). La taille de ces derniers est très voisine de celle d’un grain de pois (2 à 20 mm de long).
Il peut y avoir une production de plus de 50 sclérotes par plante infectée.

Facteurs favorables

Les cultures à végétation abondante et/ou versée sont particulièrement exposées ainsi que les rotations incluant des cultures sensibles : : colza, tournesol, pois protéagineux, féverole, soja, trèfle, luzerne, cultures légumières…
Des températures comprises entre 15 et 20°C et une forte hygrométrie (> 92%) sont particulièrement propices à la maladie.

Dégâts

La sclérotiniose est une maladie grave en pleine extension sur les cultures de petit pois.
Elle peut causer des chutes de rendement sévères et des refus de parcelle pour présence de sclérotes (organes de conservation de la maladie) dans la récolte.
Ponctuellement importante dans certaines situations, elle peut provoquer une perte maximale de 5 q/ha malgré des dégâts très visuels (pieds desséchés).

Mesures prophylactiques

- Eviter les rotations trop fréquentes en oléo-protéagineux, carottes, légumineuses et salades…
- Eviter certains couverts végétaux (moutarde, phacélie, légumineuse).
- Inclure des céréales ou des graminées fourragères dans la rotation.
- Préférer les variétés à port léger et dressé.
- Réduire la densité de semis (semis de précision).
- Soigner le désherbage.
- Eviter l’irrigation pendant la floraison.
- Maîtriser la fertilisation pour éviter tout excès de végétation.
- Protéger préventivement la culture à partir de la floraison avec un fongicide performant.
- Utiliser éventuellement un champignon parasite dans la rotation pour limiter l’inoculum.