France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Sclérotiniose du chou

Sclérotiniose du chou
Sclerotinia sclerotiorum

Maladies

Ce champignon peut attaquer toutes les parties aériennes des choux.
Il est facilement reconnaissable par son mycélium blanc, dense et souvent abondant et ses gros sclérotes noirs.
Sur feuilles, les attaques sont rares.
Sur collets, elles sont plus fréquentes.

Les plantes attaquées se flétrissent et se repèrent ainsi dans la parcelle.
Les cœurs et les pommes peuvent également être infectés surtout sur chou de Milan.

Cycle de développement

Sclerotinia sclerotiorum se développe sur de très nombreuses cultures : il est signalé sur plus de 400 plantes différentes, cultivées ou adventices.
Son caractère très polyphage facilite largement sa multiplication et dissémination.
Il infecte de très nombreuses cultures légumières pouvant entrer en rotation avec le chou (carottes, céleris, haricots…ainsi que toutes les légumineuses et crucifères). Seules, les plantes monocotylédones ne sont pas touchées.
Des sclérotes assurent sa conservation dans le sol. Ils peuvent s’y maintenir 8 à 10 ans : le champignon est ainsi inféodé à la parcelle.
Ce champignon est disséminé par l’intermédiaire de ses sclérotes, au cours des opérations culturales. Il peut l’être également par ses ascospores transportées par les courants d’air.
Ces ascospores sont produites par les apothécies générées sur les sclérotes (phase sexuée).
Il pénètre aisément les tissus sénescents ou morts puis progresse dans les tissus sains.
Si l’humidité ambiante le permet, Sclerotinia sclerotiorum produit sur les tissus altérés un mycélium blanc et des gros sclérotes (phase asexuée) d’environ 2 à 20 mm de long.
Il peut y avoir une production de plus de 50 sclérotes par plante infectée.

Facteurs favorables

Des conditions climatiques douces et humides, ainsi qu’une rotation trop rapide des cultures sensibles (colza/choux...) favorisent son développement.

Dégâts

C'est une maladie mineure sur choux.
Les dégâts sont très rarement importants.

Mesures prophylactiques

- Eviter les précédents sensibles (par exemple : céleri rave, laitue, haricot, phacélie…).
- Eviter les parcelles contaminées (durée de vie des sclérotes supérieur à 8 ans).