France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Sclérotiniose au forçage

Sclérotiniose au forçage
sclerotinia sclerotiorumSymptômes

Maladies

Le champignon attaque à la fois les racines et/ou les chicons au cours du forçage.

Les symptômes se caractérisent par la formation d'un mycélium blanc, d'aspect cotonneux, à la surface des organes atteints.
Une pourriture molle apparaît sur les tissus attaqués.
Le chicon peut se décomposer en tissus visqueux et de coloration brun clair.

L'apparition de sclérotes en abondance (organes de conservation) est le signe distinctif de ce champignon par rapport à la bactériose (Erwinia sp) qui provoque les mêmes dégâts.

Cycle de développement

C'est un champignon très polyphage signalé sur plus de 400 plantes différentes, cultivées ou adventices qui potentiellement le multiplient.
Il infecte de très nombreuses cultures légumières (laitues, chicorées, haricot, colza, tournesol, carotte, navet, pomme de terre).
Des sclérotes assurent sa conservation dans le sol. Ils peuvent s’y maintenir 8 à 10 ans.
Ce champignon est disséminé par l’intermédiaire de ses sclérotes, au cours des opérations culturales. Il peut l’être également par ses ascospores transportées par les courants d’air.
Ces ascospores sont produites par les apothécies générées sur les sclérotes (phase sexuée).
Il pénètre aisément les tissus sénescents, puis progresse dans les tissus sains.
Si l’humidité ambiante le permet, Sclerotinia sclerotiorum produit sur les tissus altérés un mycélium blanc et des sclérotes (phase asexuée).
Il peut y avoir une production de plus de 50 sclérotes par plante infectée.

La sclérotiniose peut également ête provoquée par Sclerotinia minor (moins fréquent sur endive). Ce champignon occasionne globalement les mêmes dégâts que Sclerotinia sclerotiorum et lui est souvent associé. Sa différenciation principale réside dans la taille et le nombre de sclérotes produites (0,5 à 2mm de long et plusieurs milliers par plantes infectées).

Facteurs favorables

En conservation, l’humidité associée à un échauffement et un manque d’aération est idéale à son développement.
Au cours du forçage, des températures élevées de la solution favorisent une croissance accélérée du champignon (optimum entre 17 et 22°C).

Dégâts

Au moment du forçage, les dégâts peuvent être très graves.
Ils sont dus à des racines contaminées avant ou pendant la phase de conservation.

Mesures prophylactiques

- Eliminer les racines atteintes à la récolte ou après conservation avant la mise en forçage.
- Diminuer les températures dès les premiers symptômes en cours de forçage.
- Ne pas disperser, après forçage, les racines contaminées sur les parcelles cultivées.
- Traiter avant conservation et renouveler le traitement à la plantation.