France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Sclérotinia du tournesol

Sclérotinia du tournesol
Sclerotinia sclerotiorum

Maladies

Synonyme :

pourriture blanche

Les symptômes apparaissent sur différentes parties de la plante : collet, bouton, tige et capitule.

Cycle de développement

Le sclérotinia se conserve pendant 6 à 10 ans dans le sol sous forme de sclérotes et de mycélium libre.
Lorsque les sclérotes se trouvent au contact direct des racines, ils peuvent germer et produite un mycélium qui colonise le pivot, le collet et le bas de la tige
Les sclérotes situés dans les couches supérieures du sol (entre 3 et 5 cm de profondeur) germent sous forme d'apothécies. Ces dernières produisent des ascospores, qui se déposent sur tous les organes des plantes situées à proximité.
42 heures d'eau libre sur la face fleurie du capitule sont nécessaires pour qu'il y ait contamination des inflorescences.

Facteurs favorables

Une humidité élevée lors de la formation du bouton floral est propice au développement de la maladie.

Dégâts

Sclerotinia peut entraîner des pertes de rendement pouvant atteindre 50%.

Mesures prophylactiques

Variété : proscrire les variétés sensibles.

Semis : éviter les fortes densités pour limiter le risque de contamination de plante à plante.

Traitement des semences : les semences fermières peuvent être contaminées sous forme de sclérotes ou de mycélium présents sur les couches superficielles des graines récoltées.

Mesures agronomiques : ramasser les grilles de sclérotes après une épidémie, éviter la surfertilisation azotée et l'irrigation pendant la floraison.

Précédents : éviter les rotations trop fréquentes en oléo-protéagineux.

Lutter contre les attaques précoces de pucerons dont les symptômes (crispations) augmentent les sites potentiels de contamination.