France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Rhizoctone violet de la carotte

Rhizoctone violet de la carotte
Rhizoctonia violacea

Maladies

Les symptômes apparaissent 2 mois après la levée sous forme d'une trame mycélienne brune ponctuée en petits amas noirs appelés « corps miliaires ».
Plus tardivement, un réseau puis un feutrage velouté de couleur lie-de-vin à bleuâtre se forme.

Dans les cas graves, les carottes pourrissent.

Cycle de développement

Le champignon a une longévité extrême (jusqu’à 20 ans) dans les sols où il persiste sous forme de petits sclérotes (< 5 mm de diamètre).

L'attaque commence sur des jeunes plantes de quelques semaines et se poursuit jusqu'à la récolte.

Facteurs favorables

La multiplication du champignon peut être assurée par de nombreuses cultures (betterave, pomme de terre, trèfle, luzerne) ou par des mauvaises herbes (renouées, chénopodes, mercuriales, orties, rumex, plantains…).
Les sols légèrement acides ou très basiques semblent lui convenir tout particulièrement.
Un été chaud suivi d’un automne pluvieux semble idéal pour son développement.
La maladie est également transmise par les outils.

Dégâts

Les carottes atteintes sont impropres à la commercialisation.
Pour les carottes de garde, la période de sensibilité commence au mois d’août-septembre et les dégâts se poursuivent pendant l’hiver.
Les risques sont quasi inexistants sur les carottes primeurs.
C’est une maladie majeure pour les carottes de sable, moins pour les carottes de terre.

Mesures prophylactiques

La lutte contre le rhizoctone violet est très difficile et il faut absolument empêcher son installation qui condamnerait l’installation de nombreuses cultures légumières.
- Eliminer les plantes hôtes en soignant le désherbage.
- Détruire les plantes malades en les sortant de la parcelle.
-Pratiquer une rotation de 3 à 5 ans.
Il est possible de réduire l’importance de l’inoculum en introduisant une culture de ray-grass.
-Dans les parcelles fortement contaminées, une fumigation est envisageable.