France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Pucerons vert du pêcher

Pucerons vert du pêcher
Myzus persicae

Ravageurs

Cycle de développement

Espèce très polyphage qui se rencontre sur un très grand nombre de plantes cultivées (colza, pomme de terre, chou, épinard, laitue et pêcher).

Il hiverne sous forme d’œufs pondus à l’automne sur une plante hôte (pêcher, laitue, betterave, épinard).

Les œufs éclosent en avril et donnent naissance à la fondatrice, femelle aptère parthénogénétique vivipare. Celle-ci engendre une quarantaine de larves, devenant des adultes ailés ou aptères.

Les fondatrices donnent trois générations qui vivent sur l’hôte primaire (pêcher). Ensuite, ils migrent sur les hôtes secondaires (herbacées annuelles) où les formes ailées se multiplient de façon intensive durant l’été (Myzus p. se trouve surtout sur la face inférieure des feuilles).

Ils retournent sur les hôtes primaires en octobre.

Les pontes ont lieu l’hiver à la base des bourgeons.

Dégâts

Sur betteraves, colza, epinard et pommes de terre
Vecteur important de maladies à virus inoculées aux plantes lors des piqûres dans les feuilles et dans les tiges : jaunisse de la betterave, virose de la pomme de terre.

Sur melon, salade, tabac et tomates
Insecte piqueur-suceur, il occassionne des dégâts directs (recroquevillement des feuilles) et indirects surtout par transmission de virus (virus 1 du Concombre, virus de la mosaïque de la laitue (LMV).
En serre, il peut transmettre ces virus à de nombreuses autres espèces (melon, courgette, tomate, aubergine, poivron, et à des plantes spontanées qui servent de réservoir (Bryone, Erigéron).
Lorsque la colonisation se fait par l'extérieur, celle-ci se fait par foyers qui sont à l'origine de l'invasion généralisée.
Puceron très polyphage, il peut être nuisible à presque toute les plantes cultivées sous abri.

Sur abricotier et pêcher
Portées sur les jeunes pousses, les attaques se caractérisent par des crispations et enroulements, suivis de jaunissement des nervures.
Les ponctions de sève affaiblissent les jeunes pousses, voire stoppent leur développement en les déssèchant.
Cette nuisance est accentuée par la production de miellat.
Ce puceron est un des vecteurs du virus de la Sharka.

Mesures prophylactiques

Sur betteraves, colza, epinard et pommes de terre
- Intervenir suivant les avertissements

Sur melon, salade, tabac et tomates
- Protéger les semences
- Intervenir suivant les avertissements

Sur abricotier et pêcher
Ce puceron est le plus difficile à combattre compte tenu des nombreuses résistances qu’il a accumulées.
Coccinelles, chrysopes, syrphes ont un rôle prédominant : ils contribuent à améliorer les situations sans pour autant suffire en cas de forte infestation.

Positionnement des traitements :
- En hiver : application précoce sur les œufs ou en préfloraison sur les fondatrices.
- Au printemps, en cours de végétation sur les colonies en formation.