France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Puceron de l'artichaut

Puceron de l'artichaut
Brachycaudus cardui

Ravageurs

Cycle de développement

Il s’agit d’un puceron holocyclique (alternance des 2 phases sexuées et asexuées) et dioécique (présence d’un hôte primaire).

Les hôtes primaires sont le prunier, le prunellier et plus rarement le cerisier, le prunier et l’abricotier.

La migration se fait sur artichaut, salsifis, endive ou sur diverses adventices (chrysanthème, matricaire, séneçon).

Sa biologie est voisine de celle du puceron vert du prunier (Brachycaudus helichrysi).

L’activité de vol est répartie sur 2 périodes : début mai à fin juillet et fin septembre.

Dégâts

Les attaques de Brachycaudus cardui se caractérisent par un fort recroquevillement et un enroulement prononcé des feuilles dus à un prélèvement de sève.
Les colonies sont particulièrement abondantes et denses sur la face inférieure des feuilles caulinaires et à la base des capitules.
Ce puceron est cependant plus dommageable aux arbres fruitiers (auxquels il peut transmettre des virus) qu’aux plantes maraîchères.
Sa répartition est plutôt méditerranéenne.
Son importance est limitée en Bretagne.

Mesures prophylactiques

- En fin d’hiver ou début du printemps, traiter si le seuil de 10 pucerons verts par feuille est atteint (moyenne de 6 feuilles sur 10 plantes).
- Laisser s’installer les auxiliaires gros consommateurs de pucerons au printemps et en été (chrysopes, coccinelles, syrphes, hyménoptères, punaises).
- Du printemps au début de l’automne, traiter si dépassement de seuil en utilisant des insecticides respectueux de la faune auxiliaire.
- En fin d’automne, éviter l’extension des foyers.
- Après récolte, détruire au plus vite les parties aériennes pour éviter la dissémination.