France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Puceron de la laitue

Puceron de la laitue
Nasonovia ribisnigri (Mosley)

Ravageurs

Cycle de développement

Les Ribes (groseilliers) sont les hotes primaires ; la laitue et la chicorée ainsi que diverses plantes sauvages sont hôtes secondaires.
La fondatrice, issue d'un oeuf d'hiver, se nourrit sur les feuilles du groseillier et engendre, par parthénogenèse et viviparité des fondatrigènes.
A partir de mai et en juin, des individus ailés apparaissent et migrent vers les hôtes secondaires. Ils y fondent des colonies, composées d'individus de plusieurs générations successives, aptères ou ailés, qui vont coloniser les plantes voisines.
En automne, des sexupares apparaissent, mâles et femelles, puis retournent sur les hôtes primaires. Chaque femelle sexuée y pond un oeuf d'hiver.

Dégâts

Les dégâts directs de spoliation sont peu importants sur la laitue mais les souillures rendent la salade invendable.
Les feuilles sont à peine colorées et légèrement déformées (bords ondulés).
Le puceron de la laitue est surtout dangereux comme vecteur des virus suivants :
- le virus de la mosaïque de la groseille à maquereau (Goosberry veinbanding virus),
- le virus de la mosaïque du chou-fleur (Cauliflower mosaic virus),
- le virus de la mosaïque du concombre (CMV),
- ledu virus de la mosaïque de la laitue (LMDV).

Mesures prophylactiques

Traitement en végétation