France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Psylle du poirier

Psylle du poirier
Cacopsylla pyri

Ravageurs

Cycle de développement

3 à 4 générations se succèdent durant l'été avec des maximums de population en juin et septembre.
Le psylle hiverne à l'état adulte, caché sous des écorces ou dans différents abris du verger.
L'adulte hivernant pond à partir de janvier jusqu'à mi-mars ; la température minimale doit atteindre 10 °C pour que la femelle ponde, même si elle est mûre plus tôt. Les oeufs sont déposés à la base des bourgeons. Les femelles peuvent pondre plus de 200 oeufs en moyenne.
L'apparition des larves de la première génération coïncide avec l'éclatement des bourgeons floraux et les jeunes larves colonisent les inflorescences et les jeunes fruits.
Les adultes de cette génération, de la forme estivale, apparaissent courant mai.

Dégâts

Les larves et les adultes affaiblissent les arbres par prélèvements de sève.
Les larves secrètent du miellat qui brûle le feuillage et sur lequel la fumagine se développe.

Mesures prophylactiques

La protection des poiriers contre le psylle doit surtout être préventive :
- Eviter les excès de vigueur (taille correcte...),
- Prendre en considération les auxiliaires tels que les larves de Syrphes, de Chrysopes et d'Anthocorides.

L'évaluation des risques comporte 2 phases :
- Femelles hivernantes : 25 frappages pour évaluer les adultes présents dans le verger (seuil 25 adultes).
- Surveiller les stades du ravageur sur les jeunes pousses pour bien positionner les traitements.

Toujours intervenir sur les larves jeunes (avant le stade L3) : observation de 100 pousses de l’année tous les 10 jours environ pour déterminer les larves de 2ème et 3ème génération (L1-L2).
Le seuil est de 10% de pousses atteintes.

A partir de la 2ème quinzaine de juin, les auxiliaires prennent habituellement le relais.

En septembre-octobre, il faut à nouveau surveiller pour limiter les risques éventuels de miellat et de fumagine.

En fin d’été, le seuil est de 40% de pousses occupées.