France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Pourriture grise du pois protéagineux

Pourriture grise du pois protéagineux
Botrytis cinerea

Maladies

Les symptômes apparaissent pendant la période de floraison-maturation sur les tissus sénescents (pétales et feuilles), malades (taches de mildiou, d'anthracnose) ou blessés (impacts de grêle, passages d'outils) puis le champignon colonise les parties saines.

Un feutrage grisâtre et dense évoluant en pourriture molle et humide se développe sur les différents organes de la plante (feuilles, vrilles, tiges, fleurs et gousses).
Le Botrytis peut provoquer la coulure des fleurs touchées, l'avortement de jeunes gousses, la pourriture et la chute des gousses, entrainant des pertes de rendement importantes.

Cycle de développement

Le champignon se conserve sous forme :
- de mycélium dans le sol,
- de sclérotes dans les débris végétaux,
- de mycélium à l'intérieur et à l'extérieur de la graine.
La sporulation abondante de conidies lui assure une grande dissémination.
L'infestation se fait souvent en deux temps : le champignon s'installe d'abord en parasite primaire sur les parties mortes ou sénescentes (blessures, feuilles sénescentes ou desséchées…) puis gagne les tissus sains de la plante.

Dès la fécondation, les fleurs, en train de faner, représentent une excellente base nutritive pour le botrytis. La floraison marquet le début de la période de risques maxima, surtout si les conditions climatiques sont favorables.

La maladie se développe souvent à partir de foyers puis envahit toute la culture.

Facteurs favorables

Une humidité relative supérieure à 90% et des températures comprises entre 15 et 25°C favorisent le développement de la maladie.

Dégâts

La maladie entraîne une perte de gousses et un mauvais remplissage des grains.

Mesures prophylactiques

Variétés : préférer les variétés à port léger et dressé

Semis : éviter les fortes densités de semis.

Traitement des semences : utiliser des semences protegées.
Mesures agronomiques : soigner le désherbage, éviter les excès de végétation en limitant la fourniture d'azote par le sol (fumure organique.

Protection fongicide préventive dès la floraison en alternant les matières actives pour éviter les souches résistantes.