France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Pourriture grise de l'artichaut

Pourriture grise de l'artichaut
Botrytis cinerea

Maladies

Les bractées sont atteintes à partir de la base par des taches fauves.

A l'origine de l'infection, un débris végétal, servant de “base nutritive” au botrytis, a sans doute échoué entre deux bractées trop écartées.

Les bractées intérieures se nécrosent.
Le réceptacle charnu peut pourrir et le capitule entier peut se momifier.

Cycle de développement

Le champignon peut vivre longtemps comme saprophyte : il est capable de se maintenir sur des éléments morts ou des substances nutritives libres avant de coloniser des tissus sains.

Il se conserve sous forme de mycélium sur les débris végétaux ou sous forme de sclérotes. Ces derniers peuvent produire les apothécies (issus de la reproduction sexuée) de la forme parfaite (ou sexuée) Botryotinia fuckeliana.

La contamination primaire se fait à partir des conidies.
Après incubation, les parties atteintes se couvrent d’une moisissure grise (très caractéristique de ce pathogène).
Ce duvet est constitué de longs conidiophores ramifiés portant à leur extrémité des petites grappes de conidies.
Ces dernières assureront la dissémination (contamination secondaire).

Ce champignon est plutôt un parasite de faiblesse (parasite ayant comme base nutritive de départ une lésion de l'hôte ou parasite à tendance saprophytique). Il peut être isolé et cultivé sur un milieu nutritif artificiel.

Il attaque de très nombreuses cultures légumières : tomates, pois de conserve, haricots...

Facteurs favorables

Ce champignon se développe préférentiellement en conditions climatiques douces et humides.
Les conditions climatiques optimales sont une température comprise entre 20 et 25°C associée à une humidité relative très élevée (supérieure à 90%).
Un film d'eau permanent pendant quelques heures sur les organes de la plante favorise l’infection.

Dégâts

Des dégâts particulièrement graves se manifestent après la récolte dans les lots d'artichauts mis en cageots pour l'expédition et le commerce.
Cette maladie est souvent associée au mildiou et à l’ascochyta.

Mesures prophylactiques

- Maîtriser la fertilisation azotée : ni trop excessive (feuillage succulents et luxuriant très réceptif), ni trop faible (feuilles chlorotiques favorisant l’installation et l’expansion du Botrytis).
- Traiter préventivement.
- Traiter préventivement les lésions sur capitules occasionnées par des gelées.