France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Pourriture grise de la salade

Pourriture grise de la salade
Botrytis cinerea

Maladies

En cours de culture (et plus particulièrement après pommaison), des plantes isolées ou en foyers flétrissent brusquement.

Une pourriture humide, marron à brune, affecte plusieurs feuilles basses au contact du sol.
Des taches humides et brunes se développent en bordure du limbe et peuvent se généraliser à l'ensemble de la pomme.
De nombreuses fructifications couvrent ces altérations et forment une moisissure grise très caractéristique.
Des sclérotes noirs (2 à 5 mm de diamètre) sont parfois visibles sur les mêmes tissus.

Botrytis cinerea est rarement responsable de fontes de semis en pépinières (elles sont plutôt dues à plusieurs espèces de Pythium et à Rhizoctonia solani).

Ce champignon s'attaque également aux porte-graines au moment de la floraison.

Cycle de développement

C’est avant tout un champignon dit « opportuniste » qui colonise plus facilement les tissus affaiblis.

Il se conserve sous différentes formes (conidies, mycélium et sclérotes) dans le sol sur les débris végétaux et sur de nombreux hôtes alternatifs, plantes cultivées ou adventices.
Les sclérotes peuvent y persister plusieurs années.

Sur ces plantes comme sur ses sclérotes, il sporule abondamment. La contamination est aérienne.
Les spores germent en présence d’eau libre.

Le tube germinatif des conidies ou le mycélium des sclérotes pénètre dans les tissus (souvent par une blessure occasionnée par un autre ravageur). Il se propage très rapidement à l’ensemble des tissus qu’il fait pourrir en quelques jours.

Les innombrables conidies produites sur les tissus pourris assurent sa dissémination par l’intermédiaire du vent, des ouvriers au cours des opérations culturales et dans une moindre mesure par la pluie et les éclaboussures.

Facteurs favorables

Les ambiances humides (humidité relative avoisinant 95%), des températures comprises entre 17 et 23°C lui sont favorables.
Ces conditions se retrouvent facilement sous abri ou en plein champ après une période pluvieuse ou une irrigation par aspersion.
Après pommaison, les salades recouvrent le sol et entretiennent au niveau du collet des conditions optimales pour le développement du champignon.

Dégâts

Ce champignon ubiquiste et très polyphage se retrouve dans toutes les zones de production de la salade dans le monde.
Il affecte surtout les cultures automnales et hivernales ; il est particulièrement redouté à partir de la pommaison.
Les dégâts peuvent également s’exprimer après récolte en cours de stockage.
Les dégâts sont possibles en pépinière, en plein champ et sous abris.
Ils sont plus sévères sous abri (environnement souvent plus humide et salades plus tendres).
Ce champignon est souvent associé à Sclerotinia sclerotiorum et Sclerotinia minor.

Mesures prophylactiques

- Choisir des parcelles bien drainées et ventées.
- Maîtriser la fertilisation azotée : ni trop excessive (feuillage succulent très réceptif), ni trop faible (feuilles chlorotiques favorisant l’installation et l’expansion du Botrytis).
- Eviter de stresser les plantes.
- Minimiser la présence d’eau sur le feuillage.
- Réduire l’hygrométrie ambiante de la culture : aérer, chauffer...
- Éliminer rapidement les débris végétaux.
- Réaliser des traitements fongicides en alternant les famille chimiques à modes d’action différents.
- Bien maîtriser les autres maladies et ravageurs à l’origine de blessures ou nécroses propices à l’installation du champignon.