France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Pourriture bactérienne des racines

Pourriture bactérienne des racines
Erwinia carotovora

Maladies

Sur la partie aérienne, les symptômes se caractérisent par un flétrissement et un dessèchement progressifs de l'appareil aérien des plantes à partir des feuilles extérieures.
Sur l'appareil racinaire, la moelle des racines et du collet brunit jusqu'à une désagrégation totale des tissus (pourriture) qui exhale une forte odeur.
Au fur et à mesure de l'extension de l'épidémie, de grandes zones dépourvues de plantes s'étendent sur la parcelle.

Cycle de développement

Cette espèce cosmopolite peut survivre dans le sol soit sous forme libre, soit sur les débris flétris de plantes atteintes.

La pénétration se fait au niveau des blessures.

Après une phase de multiplication dans les tissus parenchymateux ou les espaces intercellulaires, la bactérie produit des enzymes qui provoquent la désagrégation des tissus et des organes.
A ce stade, la pourriture molle ainsi générée dégage une odeur pestilentielle.

Facteurs favorables

La bactérie pénètre par les blessures causées par le gel ou d’autres maladies.
Son apparition est favorisée par un hiver doux et humide.
Son optimum thermique de développement se situe à 30-35°C.
L'eau d'irrigation est le principal facteur de dissémination.
La maladie apparaît surtout sur des terrains riches en humus, lourds et asphyxiants.

Dégâts

Les dégâts les plus importants apparaissent lors des mois chauds (d'août à octobre).

Mesures prophylactiques

- Implanter la culture sur des sols bien drainés ou drainants.
- Eviter les sols trop riches en matières organiques.
- Eviter le retour trop fréquent sur une même parcelle en pratiquant une rotation appropriée (au maximum biennale).
- Employer des œilletons sains, provenant de plantations non infectées, ou désinfectés avec des produits cupriques.