France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Pou de San José

Pou de San José
Quadraspidiotus perniciosus (Comst.)

Ravageurs

Synonyme :

cochenille de San José

Cycle de développement

2 à 4 générations selon les régions.

L'insecte hiverne à l'état de premier stade fixé en diapause ('bouclier gris').
Après deux mues, en mars puis en mai, elles donnent des mâles et des femelles.

La femelle est vivipare et, dès fin mai, donne naissance à 8 à 10 larves par jour. La période de ponte s'étale sur 6 semaines.
Sur plante-hôte favorable, la fécondité moyenne est de 400 larves.

Les larves, d'abord mobiles, se fixent en implantant leurs stylets dans les cellules végétales. Elles forment des encroûtements sur les rameaux, les branches, parfois sur les feuilles et sur les fruits, autour de l'oeil.

Les 2ème et 3ème essaimages ont généralement lieu fin juillet-août puis fin septembre.

Dégâts

Les piqûres d'alimentation s'accompagnent de l'injection d'une salive toxique.
Elles provoquent la déformation des organes végétaux, la chute des feuilles, des colorations de l'épiderme des fruits ainsi que le dépérissement des rameaux et des branches colonisés.
Les fruits peuvent être déclassés.
Des infestations importantes et répétées affaiblissent la plante et peuvent conduire à sa mort.

Mesures prophylactiques

La lutte est obligatoire contre ce ravageur sousmis à quarantaine.

Le Pou de San Jose a de nombreux ennemis naturels : micro-hyménoptères et plusieurs coccinelles mais eur contribution est généralement insuffisante dans le cas de vergers infestés.

Les traitements de fin d’hiver sont les plus efficaces (moment où les cochenilles activent leur métabolisme).

Pendant la période de végétation, elles sont vulnérables lorsqu'elles sont mobiles.

L’essaimage de la première génération en mai-juin est la meilleure période pour réaliser des traitements en végétation.