France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Oïdium du melon

Oïdium du melon
Erysiphe cichoracearum, Sphaerotheca fuliginea

Maladies

Des taches poudreuses blanches, plus ou moins étendues, couvrent progressivement les feuilles.
A terme, le limbe finit par jaunir et se nécroser.

Les taches affectent également la tige et les pétioles et parfois jeunes fruits.

Cycle de développement

La conservation du champignon semble être assurée par les cucurbitacées cultivées ou adventices et par les cléistothèces (phase sexuée) rarement observés sur le terrain.

Les nombreuses spores produites sur les taches sont surtout disséminées par le vent.

Il existe actuellement de nombreuses races pour ces 2 parasites (7 pour Sphaerotheca fuliginea et 2 pour Erysiphe cichoracearum) et il est impossible de les reconnaître au champ (uniquement au microscope).

Sphaerotheca fuliginea est prédominant sur l’ensemble du territoire ; il est présent du début à la fin de la saison, en plein champ et sous abris.

Erysiphe cichoracearum) est globalement plus présent sous abris qu’en plein air et en début de saison de culture.

Dégâts

C'est une des maladies les plus préoccupantes dans les melonnières.
Les dégâts sont très fréquents.

Mesures prophylactiques

- Éliminer les débris végétaux.
- Désinfecter les surfaces des abris lors du vide sanitaire.
- Utiliser des variétés tolérantes.
- Produire des plants sains.
- Surveiller attentivement l’apparition de la maladie (seule la lutte préventive est efficace).
- Utiliser des plantes indicatrices pour déclencher la stratégie de traitement au meilleur moment.
- Réaliser des traitements fongicides préventifs (en respectant les doses et les cadences, avec de forts volumes de bouillie et de préférence le soir en évitant les heures les plus chaudes de la journée).
- Bien traiter les 2 faces des feuilles.
- Alterner les familles chimiques à modes d’action différents afin de prévenir les risques de résistance.