France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Oïdium de la carotte

Oïdium de la carotte
Erysiphe heraclei ou Erysiphe umbelliferarum<br/>Leveillula taurica

Maladies

Pour Erysiphe heraclei, les symptômes se caractérisent par des taches poudreuses blanc-grisâtre à la face supérieure des feuilles. Ces taches d'abord arrondies deviennent rapidement confluentes et recouvrent l'ensemble du foliole.

Pour Leveillula taurica, Les symptômes sont différents en fonction de la face des folioles :
- Sur la face supérieure, on note la présence de taches jaunâtres.
- Sur la face inférieure, le feutrage blanc est constitué par les conidiophores et conidies du champignon.

Les porte-graines peuvent également être attaqués.

Cycle de développement

Erysiphe heraclei, forme la plus fréquente, se développe plutôt en zones tempérées ; Leveillula taurica prolifére en zones méridionales.
La conservation de l’agent pathogène peut se faire sous forme de mycélium ou au moyen de périthèces à l'intérieur desquels se forment les asques produisant des ascospores.
Les périthèces peuvent apparaître à la fin de l'été, seulement si les conditions sont défavorables à la croissance du mycélium.
La transmission est possible par les périthèces sur les semences non traitées.
La contamination primaire est assurée par les ascospores qui engendrent le mycélium ; il se développe à la surface des feuilles (Erysiphe heraclei) ou pénètre dans les tissus de la feuille (Leveillula taurica).
Le développement est assuré par les conidiophores qui génèrent les conidies (contamination secondaire).
Ces dernières sont responsables de la dissémination de la maladie.

Facteurs favorables

Des températures élevées (13 à 31°C), l’humidité nocturne, la sécheresse et les excès d’azote favorisent son développement et son expansion. L'oïdium est freiné par la pluie et les irrigations par aspersion.

Dégâts

L'oïdium est la maladie la plus importante du feuillage de la carotte après l'alternariose.
Comme pour toutes les maladies du feuillage, son incidence économique se traduit par des baisses de rendement provoquées par la perturbation des fonctionnalités du feuillage (photosynthèse).
Les pertes de rendement sont proportionnelles à la surface foliaire touchée.
Généralement, les racines sont plus petites et les lots de production plus hétérogènes.

Mesures prophylactiques

- Assurer une protection en végétation combinée avec celle pratiquée contre l’alternariose.