France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Oïdium de la betterave

Oïdium de la betterave
Erysiphe betae

Maladies

Les premiers symptômes apparaissent dès juillet par temps chaud sur quelques betteraves isolées (foyers primaires) :de petites taches blanches, de quelques millimètre carrés, en forme d'étoiles apparaissent sur la face inférieure des feuilles.
Les feuilles se recouvrent progressivement d'un feutrage mycélien blanc grisâtre d'aspect poudreux pouvant s'étendre aux deux faces de la feuille.

Cycle de développement

Les conidies contenues dans le feutrage blanc sont disséminées par le vent, assurant ainsi la propagation de la maladie.
A un stade plus avancé de l'infection apparaissent des périthèces, minuscules sphères noirâres, qui assurent la conservation du champignon pendant les périodes qui lui sont défavorables.

Facteurs favorables

L'alternance de périodes humides et de périodes sèches favorise le développement des conidies. Leur germination est optimale lorsque les températures sont comprises entre 20 et 30°C.
Une hygrométrie élevée de l'air est favorable à la germination bien que l'oïdium puisse se développer en présence d'une humidité très réduite.
L'eau liquide est défavorable à la germination des conidies : les pluies freinent le développement des contaminations par lessivage des spores.
Les parcelles à micro-climat humide (fond de vallée, cuvette) sont des zones où la maladie devrait apparaître en premier.

Dégâts

Les pertes occasionnées sont de l'ordre de 10 à 15% du poids racine.
Les baisses de rendement découlent de la diminution de l'assimilation chlorophyllienne et de qualité des porte graines.

Mesures prophylactiques

Variété : choisir des variétés peu sensibles.

Mesures agronomiques : éviter les fortes fumures azotées.