France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Nécrose racinaire ou pied noir

Nécrose racinaire ou pied noir
Fusarium solani, Phoma medicaginis var. pinodella, Phythium sp., Rhizoctonia solani, Ascochyta pinodes

Maladies

Plusieurs champignons sont en cause.
Ils agissent seuls ou associés, simultanément ou en se succédant.
Sur le collet des plantes, des nécroses, d'abord présentes sous forme de traits de plume, s'élargissent et progressent en profondeur.
Au fur et à mesure de l'extension des lésions, le système racinaire devient déficient, les plantes ont des difficultés à s'alimenter.
Des foyers de plantes jaunissantes et chétives apparaissent, entraînant échaudage, blocage du développement et pertes de rendement et de qualité

Cycle de développement

Ces champignons très répandus sont inféodés au sol.

Facteurs favorables

La maladie s’exprime en premier lieu sur les parcelles compactées, ressuyant mal, et/ou à rotation trop courte, incluant éventuellement d'autres légumineuses.
Les excès de pluviométrie sont également propices à l’expression des symptômes.

Dégâts

Les maladies du sol sont en recrudescence sur pois depuis une quinzaine d’années.
La totalité de la parcelle est rarement atteinte.
Plus les attaques du système racinaire sont précoces, plus elles sont graves
La Bretagne et la Picardie sont les régions principalement touchées.
Les dégâts sur le système aérien restent souvent discrets jusqu’à la floraison des pois.

Mesures prophylactiques

- Travailler la terre en conditions ressuyées, notamment en sol argileux et limoneux.
- Effectuer un sous-solage en cas de matraquage du sol.
- Respecter une rotation de 5 ans entre deux légumineuses (pois, haricot, luzerne…).
- Evaluer le risque par un test de sol (à réaliser plusieurs mois avant le semis).

Le traitement de semences est le seul moyen de lutte chimique ; il assure une protection partielle non négligeable.