France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mineuse des feuilles des arbres fruitiers

Mineuse des feuilles des arbres fruitiers
Lyonetia clerkella L.

Ravageurs

Lyonetia clerkella L. est aussi appelé mineuse sinueuse. Ce ravageur fait partie des chenilles mineuses des feuilles telles que la mineuse cerclée (Leucoptera scitella Zell), la mineuse marbrée (Lithocolletis blancardella F.) ou la mineuse élargie (Stigmella sp.).

Cycle de développement

Il y a trois générations par an qui se chevauchent.
Les adultes ont une tendance nocturne. Les adultes qui ont hiverné pondent en avril et mai. Leur durée de vie n’excède pas 7 à 10 jours. Ils s’accouplent puis la femelle pond à la face inférieure des feuilles en insérant ses œufs dans le parenchyme.
L'évolution embryonnaire dure alors 15 jours.
La chenille, issue des œufs, creuse dans le parenchyme entre les 2 épidermes de la feuille une mine caractéristique pour chaque espèce, allongée et étroite. Au terme de sa croissance (20 à 25 jours), la chenille sort de la galerie, réunit les bords d'une feuille voisine par des fils de soie et se nymphose dans un cocon maintenu par quelques fils.
La nymphe possède une durée de développement de 15 jours.

Le 2ème vol des papillons a lieu en juin-juillet et le 3ème débute à la fin juillet ou en août. L’hivernation se fait sous forme d’adulte. Le papillon issu de la dernière génération hiverne, abrité dans les crevasses des écorces ou autres abris naturels.

Dégâts

Les larves creusent des mines dans le limbe, qui s’élargissent en fin de cycle.
Chaque larve au cours de sa vie ne creuse qu’une seule mine dont la forme est caractéristique de l’espèce : Lyonetia clerkella L. creuse des mines allongées, dites sinueuses.
En cas de fortes pullulations, les chenilles peuvent provoquer une défoliation presque complète des arbres et compromettre la fructification en cours et le potentiel de mise à fruit pour l'avenir.

Mesures prophylactiques

Le ravageur est rarement très nuisible. Dans la plupart des cas, le développement des populations est limité par des hyménoptères parasites, actifs soit sur les larves soit au stade hivernant.
En cas d’attaques graves, la lutte consiste à éviter la pullulation des chenilles en intervenant, suivant les produits, en début des pontes ou en début des éclosions des œufs de première génération. Cette intervention peut être renouvelée si nécessaire au début des risques des générations suivantes.
Le seuil d’intervention est de 200 mines pour 100 feuilles.