France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mildiou du pois de conserve

Mildiou du pois de conserve
Peronospora pisi

Maladies

Le mildiou attaque toutes les parties de la plante

- Il se manifeste dès la levée par une fonte de semis.

- Après la levée, les plantules ont un aspect jaunâtre, se déforment et deviennent naines, recroquevillées, couvertes d'un feutrage gris violacé.
Ces attaques primaires (dites systémiques) passent souvent inaperçues compte tenu de leur petit nombre.

- En cours de végétation, des taches chlorotiques apparaissent sur la face supérieure des feuilles et correspondent au feutrage gris violacé de la face inférieure.
Les folioles deviennent craquantes puis se dessèchent peu à peu. Les plantes se nanifient.

Sur tiges, des taches duveteuses et blanchâtres apparaissent.

Les attaques à la floraison peuvent entraîner la coulure des fleurs.

Les gousses présentent des décolorations jaunâtres, des déformations et deviennent stériles dans les cas graves.

Les grains peuvent être entourés d'un abondant duvet blanc. Ils restent petits et prennent une couleur brune.

Cycle de développement

Ce champignon se conserve sous forme d’oosphères sur les semences ou dans le sol.

La contamination primaire (attaques systémiques) sur semences ou jeunes plantules a lieu dans le sol par les oosphères (durée de vie dans le sol de 6 à 8 ans) et par les semences.

A partir de ces foyers, le mildiou essaime dans toute la parcelle (attaques secondaires).

Le mycélium systémique (véhiculé dans tous les organes par la sève) infecte les tissus de la jeune plante dont les tiges et les pétioles se renflent.

Le champignon sporule à la face inférieure des folioles.
Les sporanges, ainsi formés, sont à l'origine des contaminations secondaires à différents stades de la culture.
Des oospores se forment en fin de culture dans les tissus infectés.

Peronospora pisi est spécifique du pois.
C'est un parasite obligatoire (capable de se développer uniquement sur les tissus vivants de l'hôte) : il est donc impossible à cultiver sur un milieu nutritif.

Facteurs favorables

Cette maladie est favorisée par un climat humide (pluie, rosée avec une humidité relative supérieure à 85%), peu ensoleillé, avec des températures comprises entre 1 et 18°C (optimum à 6°C).
Elle est stoppée au delà de 20°C.
Des températures comprises entre 15 et 20°C favorisent une abondante production d’oospores.
Les sporanges, à l'origine des contaminations secondaires, germent entre 4°C et 8°C.
Les cultures présentant une végétation excessive sont particulièrement exposées.

Dégâts

Le mildiou est une des maladies les plus graves et les plus fréquentes et peut conduire au refus de la parcelle pour cause de grains tachés.
Les semis précoces sont les plus touchés.
En l'absence d'un traitement de semences efficace contre le mildiou, une attaque primaire peut provoquer jusqu'à 20 q/ha de perte de rendement.

Mesures prophylactiques

- Adopter une rotation la plus longue possible entre deux cultures de pois (protéagineux et conserve).
- Utiliser des variétés peu sensibles.
- Utiliser des semences traitées pour réduire l’effet de l’inoculum primaire.
- Choisir un traitement de semences qui contrôle également les autres maladies du sol.
- Prendre le relais de la protection des semences au stade semis + 35 jours.
- Alterner les familles chimiques pour éviter l’apparition de souches résistantes.