France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mildiou des composés

Mildiou des composés
Bremia lactucae 

Maladies

Des taches jaunes puis brunes apparaissent à la face supérieure des feuilles ou des bractées qui peuvent se dessécher précocement.

Sur la face inférieure, le Bremia lactucae fructifie en périphérie des taches par un feutrage blanchâtre plus ou moins dense.

Les capitules sont rarement atteints sauf en cas de forte attaque.

Cycle de développement

Plusieurs races physiologiques du pathogène sont connues, toutes caractérisées par une spécialisation biologique très accentuée.

C'est un parasite obligatoire (parasite capable de se développer uniquement sur les tissus vivants de l'hôte) : son isolement est impossible.

La conservation de l’inoculum se fait essentiellement par le mycélium présent dans les résidus de plantes infectées ou d'autres espèces de la famille des composées, cultivées ou adventices.

La contamination primaire se fait à partir des conidies (phase asexuée). Ces dernières germent sur l'épiderme produisant des hyphes qui pénètrent dans les stomates et envahissent les tissus foliaires.
Après incubation, des taches de poussière blanche apparaissent à la face inférieure de la feuille.
Elles sont constituées de conidiophores (ou sporangiophores), fins filaments ramifiés terminés en vésicules qui portent les conidies (sporanges), destinées à disséminer les infections (contamination secondaires).
La formation d’oospores à l'intérieur des tissus infectés est rare.

Facteurs favorables

Les cultures se contaminent à distance par les spores véhiculées par le vent.
Les spores germent dès 15°C en conditions humides (pluies, rosées, brumes). Les conditions optimales sont obtenues avec une alternance de nuit à 5-10°C et de jour à 13-20°C.
Il existe des différences de sensibilité :
- Le violet de Provence est sensible,
- le Camus l’est beaucoup moins,
- les variétés issues d'in vitro (Castel et Camus) sont très sensibles.

Dégâts

Les attaques sont sporadiques et peuvent apparaître à la fin de l'hiver sur une culture ayant atteint le terme de son cycle productif.
Le mildiou devient très préjudiciable uniquement si l’attaque atteint les capitules.
Le stade le plus sensible est la montaison.
Ce parasite est très fréquent en Bretagne par printemps pluvieux mais surtout en été ou début d’automne.
Les dégâts foliaires peuvent devenir importants en conditions hivernales dans les régions méditerranéennes.

Mesures prophylactiques

- Eviter les situations trop humides.
- Privilégier les variétés les moins sensibles.
- Traiter préventivement les variétés sensibles avec 1 ou 2 applications (en général 2 mois avant la récolte du drageon).
- Détruire les parties aériennes dès que la récolte a été réalisée.