France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mildiou de l'oignon

Mildiou de l'oignon
Perenospora destructor

Maladies

En début de végétation, des plantes restent naines et présentent des feuilles chlorotiques et des lésions.

En cours de végétation, des taches allongées et jaunâtres apparaissent sur les feuilles des alliacés cultivés pour la production de bulbes et les hampes florales des porte-graines.Elles se couvrent d'un feutrage violacé.
Les feuilles se déforment et se dessèchent au détriment du grossissement des bulbes. Sous l'effet du vent, elles peuvent retomber sur le sol.

Les foyers sont visuellement plus clairs que le reste de la culture. Ils correspondent bien souvent à des zones d'humidité persistante.

Cycle de développement

Le champignon se maintient dans le sol, dans les débris des cultures sous forme d'oospores. Ces dernières germent au printemps pour donner des sporanges (= conidies) producteurs de zoospores qui seront à l'origine de l’infection primaire.
Au printemps, le mycélium est également capable de survivre dans les bulbes et de s'étendre aux feuilles. Les plantes attaquées forment des sporanges au niveau des lésions. Ces sporanges sont capables d'attaquer d'autres plantes.

A l'automne, des oospores se forment dans les tissus malades.

Facteurs favorables

Les infections se réalisent par temps frais, très humide (brouillard) et en présence d’eau libre sur les feuilles et sur une large plage de températures (4 à 25 °C).
Pour la sporulation, la germination des sporanges et la pénétration dans la plante hôte, l’optimum thermique se situe entre 10 et 12°C.
Le développement nécessite également un temps humide, mais plus chaud.
Le développement est foudroyant si les conditions favorables persistent : temps humide et pluvieux, forte densité de peuplement et présence de mauvaises herbes.

Dégâts

Cette maladie est fréquente et grave.
Après une attaque avant le début de la bulbaison, le mildiou peut devenir systèmique ; il est alors très difficile à combattre.

Mesures prophylactiques

- Minimiser les facteurs de développement en évitant des peuplements trop élevés et en désherbant les parcelles.
- Pratiquer une rotation de plus de trois ans (si possible 4 à 5ans).
- Détruire les résidus de cultures infectées.
- Opter pour des variétés moins sensibles.
- Tremper les plants à l’eau chaude (2 heures à plus de 40°C).
- Eviter des fumures azotées excessives.
- Intervenir précocement et préventivement avec des produits de contact (les traitements tardifs sont moins efficaces, voire inefficaces).
- Réserver les produits pénétrants et systémiques pour les périodes critiques.
-Alterner les familles chimiques afin d’éviter les risques de résistance.