France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mildiou de la salade

Mildiou de la salade
Bremia lactucae

Maladies

La maladie peut apparaître en pépinière sous forme d'un velouté blanc sur cotylédons et jeunes feuilles.
Elle se manifeste par des taches étendues, d'abord vert pâle à jaune, plutôt angulaires, sur les feuilles basses.
Elles se nécrosent par la suite et prennent une teinte brune.

De nombreuses fructifications blanches se développent à la face inférieure du limbe.

Cycle de développement

Sa conservation est assurée :
- par la laitue sauvage (Lactuca serriola),
- les cultures de salades environnantes,
-
par ses oospores (issues de sa reproduction sexuée) sur les débris végétaux.

La contamination primaire des plantules par foyers s'effectue par les oospores.
Le mycélium envahit progressivement les cellules du mésophylle puis de la plante entière.
Dans certaines conditions, il devient systémique et sans symptômes apparents puis explose après l’arrêt des traitements.

Sur les plantes du foyer, Bremia lactucae forme rapidement des sporanges à la face inférieure des feuilles et assure ainsi la contamination secondaire des plantes saines lorsque les conditions de température et d'humidité sont réunies.

Son cycle de développement peut s’effectuer en moins de 5 jours.

Facteurs favorables

Ce champignon est extrêmement influencé par les conditions climatiques.
Des conditions climatiques fraîches et humides (humidité relative proche de 100%) favorisent son développement.
La germination des sporanges se réalise sur une plage de température de 10 à 15°C.
La sporulation est intense pour des températures nocturnes de l’ordre de 5 à 10°C et diurnes variant entre 12 et 20°C.
Au delà de 25°C, le mildiou a une activité de plus en plus réduite jusqu’à 30°C.
Les laitues ayant subi des stress au cours de leur croissance (températures basses, faibles luminosités, manques d’eau) sont plus sensibles à ce cryptogame.
La germination des conidies (zoosporanges) ne peut se réaliser qu'en présence d'eau.
De longues périodes d’humectation des feuilles (rosée du matin, éclaboussures et irrigation par aspersion) sont particulièrement favorables aux infections.

Dégâts

Bremia lactucae peut s’attaquer aux laitues tout au long du cycle de culture.
En revanche, il n’attaque pas les chicorées frisées ni les scaroles.
Le mildiou est l’une des maladies les plus anciennes, les plus fréquentes et les plus redoutables.
Il affecte aussi bien les cultures de plein champ que sous abri.
Il est surtout préoccupant dans les zones de production qui connaissent des périodes prolongées d’humidité.
Si les conditions sont favorables, les pertes peuvent être considérables et foudroyantes (destruction de parcelles entières en quelques jours).
Le mildiou représente une menace constante pour la laitue.

Mesures prophylactiques

- Éliminer les débris végétaux et les espèces de laitues sauvages (dans les parcelles et dans l’environnement immédiat).
- En culture, éviter les parcelles mal drainées et les sols à forte teneur en matière organique.
- Pratiquer une rotation d’au moins 3 ans
- Réduire l’hygrométrie ambiante de la culture : aérer, chauffer, irriguer en cours de journée afin que les plantes sèchent rapidement.
- Utiliser des variétés résistantes.
- Réaliser des traitements fongicides préventifs complémentaires.